Proposition déontologique pour les psychologues

Je propose que le psychologue ne saurait faire valoir qu’il apporte des hypothèses pour justifier son emploi. N’importe qui peut apporter des hypothèses. La question est de savoir ce qu’elles valent. Une façon simple de répondre est : elles valent comme savoir. Donc le psychologue doit faire valoir ce qu’il sait et non pas ce qu’il suppose.

Mais, finalement, ce qui compte le plus, à ce qu’il semble, est que le psychologue soit en mesurer d’expliquer pourquoi ce qu’il a dit ou fait dans son emploi, devait être bon ou, à défaut d’avoir visé le bien, était inéluctable. Cette inéluctabilité est a priori suspecte, au moins si on admet qu’il est toujours possible de s’abstenir lorsqu’on dispose de son libre arbitre.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.