Ursula Le Guin sur la solitude

Elle n’alla pas très loin cette première fois, mais suffisamment loin pour que grandisse en elle la certitude étrange, amère et pourtant agréable de sa solitude et de son indépendance, et que ce sentiment l’y ramène encore, pour aller chaque fois plus loin. (p. 311)

Le Guin, U. (1980). Terremer. Paris : Robert Laffont. (Original : 1968).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.