Une organisation sociale sobre et juste : appel au bon sens

Rêvons pour savoir ce que nous voulons à la place du monde d’avant. Le pays se réorganise autour d’un programme politique de bon sens : profiter du coma économique créé par le confinement pour instaurer le salaire à vie et un régime général de discrétion écologique. Parce que la survie des humains suppose qu’ils se calment massivement et durablement (si on objecte que tout travail mérite salaire, être calme est un énorme travail).

Les élites intellectuelles du pays sont plébiscitées pour piloter le grand changement vers la vie calme. La liberté d’entreprendre se déploie dorénavant dans un espace où le droit sert non plus la domination des addictés du pouvoir (dont la psychologie est évaluée comme dangereuse pour autrui), mais le respect des équilibres écologiques. L’institutionnalisation d’un plancher et d’un plafond des revenus (impliquant une surveillance économique légitime) a permis d’éradiquer l’aliénation des humains par l’Emploi.

On s’aperçoit qu’une immense majorité d’humains sont paisibles et s’entraident. L’école vise le développement d’un art de vivre centré sur le bonheur d’être vivant dans le vivant. Les écoliers de tous âges construisent le sens de leur utilité sociale en accord avec le sens de leur intelligence (notamment, cette forme d’intelligence qui consiste à connaître son propre pouvoir de nuisance pour le civiliser). 

Les puissants sont aussi surveillés et l’acceptent parce qu’ils savent que « le pouvoir rend fou ». L’idée de surveillance a été retournée comme peau de lapin : la surveillance n’est plus une arme pour intimider les petites gens, elle est devenue vigilance citoyenne pour prémunir le collectif contre la corruption. Ainsi, les recettes et les dépenses de tous sont devenues des informations publiques. La banque et la monnaie ont été rénovées : la monnaie est faite pour faciliter les échanges de biens utiles, le crédit est devenu un acte public de confiance du collectif (qui est le propriétaire de l’institution Monnaie) vis-à-vis de l’emprunteur. La propriété et l’héritage ont aussi été rénovés, pour empêcher par exemple que des maisons, occupées 15 jours par an par leurs ‘propriétaires,’ soient inutilisables le reste du temps par ceux qui ont besoin de vivre quelque part.

Retour à la réalité : des femmes et des hommes sont-ils prêts à coloniser leurs territoires pour expérimenter de nouveaux modes de vie collectivement responsables ? Nous avons appris à limiter nos libertés de déplacement. Puisse la conscience continuer d’alimenter notre bon sens, notre courage et notre amour.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.