Carnet de recherche “La pensée des autres”

(9) 2022-06-14. Définitions de l’intelligence et ma préférence. Une définition de l’intelligence couramment admise en psychologie est la capacité de résoudre des problèmes ou à s’adapter. Dit explicitement, l’intelligence serait la capacité à ne pas mourir ou le plus tard possible. Quitte à rêver d’un environnement à 0 risque de mourir, surtout dans un court ou moyen terme. Une autre définition, que je préfère, est la capacité de connaître ce qui est, qui implique bien sûr celle de discuter des meilleurs moyens de connaître (méthodologie de la connaissance).

Concernant la mission de l’université et pourquoi je me sens empêché de faire mon travail. La mission de l’université, en cette période particulièrement troublée, c’est d’analyser ce qui se passe, en remplissant ainsi son rôle de vigie ou encore de sentinelle. Comment se fait-il que la norme psychosociale consiste à éviter soigneusement de parler aux étudiants de la question de savoir ce qui se passe ? La question ne semble pas pertinente, on obéit à des règles de fonctionnement “à l’interne” pour faire ce qu’on a à faire traditionnellement — quitte à s’adapter à la dégradation soutenue des conditions de travail — et on est prié de s’en remettre aux autorités et aux médias autorisés pour savoir ce qui touche au “monde extérieur” (lequel pourtant conditionne l’existence de l’université et la valeur des diplômes universitaires).

D’où un problème massif : qu’est-ce qu’une université où on s’entend pour ne pas permettre aux étudiants de s’interroger sur ce qui se passe et surtout sur les moyens qu’il convient de mettre en œuvre pour en avoir connaissance ?

Question épistémologique et psychopathologique. Comment fait-on pour savoir qu’on ne délire pas ?

(8) 2022-04-01. On oppose la connaissance à l’opinion. L’opinion serait plus trompeuse que la connaissance. Mais le caractère trompeur d’une opinion, ou d’une connaissance quelconque, est-il une affaire de connaissance ou bien d’opinion ? J’opte pour l’opinion. Nous ne pouvons pas savoir si une connaissance est vraiment une connaissance sans nous servir de notre opinion. Donc il est utile d’échanger nos opinions pour acquérir des connaissances, même si nous ne savons pas encore comment trouver des connaissances. Il se peut qu’il existe des gens dont l’opinion puisse nous éclairer, ou dont l’écoute bienfaisante de notre propre opinion puisse l’éclairer et la féconder. Énoncer une opinion, c’est commencer à penser.

(7) 2022-03-27. Et celle-ci d’Amélie Nothomb, dont le style est toujours aussi étincelant : “J’éprouvais une admiration profonde pour ces enfants qui supportaient des conditions d’existence aussi spéciales. Si j’avais été plus âgé, j’aurais songé à m’insurger contre un règlement à ce point scandaleux. À six ans, je n’avais qu’une obsession : m’adapter.”1

Avons-nous assez grandi pour pouvoir songer à nous insurger contre des règlements scandaleux ?

Il faut la vérité sur ce qui me scandalise, je veux bien que cela soit ma propre obsession, mais il faut aussi la conviction, laquelle peut nous sauver. Nous sauver, par exemple, de certains états (mentaux) : “La chouette me comprenait. Je n’étais pas seul. Cette conviction me sauva” (p. 53).

(6) 2022-03-25. J’attrape au vol cette citation de Morad El Hattab.

Extrait de https://odysee.com/@AKINA:7/2022-03-23-LA4-Morad-EL-HATTAB-HD4:6.

Il faut être gonflé pour dire de quelqu’un qu’il n’est rien. On peut aussi dire qu’il n’y a rien de sacré en cet homme ou cette femme ou cet enfant-là, en empruntant le langage que tient Simone Weil dans “La personne et le sacré”. Puisqu’il n’est pas interdit d’ignorer ce qui est éminemment respectable en l’autre, celui-ci peut être traité comme un instrument. C’est pourquoi il importe que la psychologie, en tant que discipline académique, se pose la question de ce qu’elle peut dire du sacré : faute de pouvoir connaître le sacré par ses méthodes empiriques, elle peut au moins en reconnaître la réalité culturelle, anthropologique. C’est à mon sens plus noble et lumineux que l’ignorance régnante.

(5) 2022-03-04. J’ajoute une autre idée de continuation du projet, après la “première récolte” de portraits/témoignages. Il y a une question que j’aimerais poser, une question en tiroir.

Question
Veuillez prendre le temps de vous imaginer dans la situation suivante où vous jouez le rôle d’un chercheur qui accepte d’être professionnellement évalué en fonction de sa performance bibliométrique (publish or perish) : vous soumettez un article pour publication à une revue scientifique. L’éditeur de la revue vous remercie de votre intérêt pour la revue et ajoute que pour qu’il puisse lancer le processus d’évaluation, il faut que si vous acceptiez la politique de crédibilité scientifique de la revue, qui exige que les auteurs aient répondu “d’accord” à ces normes déontologiques. Seriez-vous d’accord ? Pour répondre, cliquez ici.
Tiroir de la question
Si vous n’acceptez pas les normes de crédibilité scientifique de la revue, pouvez-vous identifier la ou les raisons qui vous empêchent de les accepter ? Discutons-en cela sera très instructif.

(4) 2022-03-03. Merci aux neufs personnes dont je peux publier le témoignage ici.

(3) 2022-02-07. Une conversation entre honnêtes gens. Montrer qu’une conversation entre honnêtes gens est possible, par la pratique : voilà un des débouchés possibles du projet. J’imagine que je pourrais, dans certaines conditions dont il faut déterminer l’importance, ajouter des commentaires, sous la même forme, voire permettre à tel contributeur d’ajouter ses propres commentaires à tel autre contributeur. Et permettre ainsi le déploiement d’un éventuel jeu de répliques.

(2) 2022-02-04. Je peux aussi utiliser ce journal de recherche (public, c’est l’intérêt universitaire de l’exercice), pour consigner ma réflexion sur l’éthique du métier d’enseignant-chercheur à l’université, laquelle université se trouve être publique, c’est-à-dire appartenir, de cœur ou moralement si l’on préfère, à tout citoyen de la République — le mot “République” désignant l’institution qui donne ou refuse le statut de citoyen à des êtres humains, ainsi que la Nation et sa nationalité2. Remarquons que l’existence de l’université publique repose sur celle de l’État.

Que veulent les concitoyens (je vais dire “les gens du peuple” ou “le peuple” par la suite, en admettant que la reconstruction de la notion de peuple soit un objectif pressant), que l’université de psychologie apporte à ses étudiants ? Quels services les psychologues diplômés doivent-ils rendre aux membres de la Nation-État lorsqu’ils en ont besoin ? Fini le temps où le Savoir, c’est-à-dire l’amour de la Vérité, constituait la raison première et suffisante de l’Université et était-elle, alors, publique ? Serait-il possible que les psychologues diplômés n’aient pas de savoir, bien que titulaires d’un diplôme ? On m’a appris que le diplôme atteste un savoir. Lequel ? Bref, je suppose que le bon sens est évident : les gens veulent des psychologues qui savent ce qu’ils font et qui ne mentent pas, sinon comment leur faire confiance ? Tout au moins, voilà qui explicite mon point de vue.

D’où la nécessité, donc la légitimité, de la formation épistémologique des étudiants de psychologie ; non pas d’un “récit-vernissage” d’une histoire de l’épistémologie sans pratique de l’épistémologie d’une ou de l’histoire, mais une pratique de critique du discours de la psychologie (ou de telle ou telle psychologie). Cette formation n’a d’autre raison que l’instruction d’un fait : nous ignorons la plupart du temps à quoi tient la vérité des propos auxquels nous nous fions. Par conséquent, nous vivons dans une vision du monde qui est non seulement imaginaire, cognition oblige, mais encore erronée ou vraie dans une mesure inconnue, tant qu’on ne dispose pas d’une “mesure”, d’une théorie, de la vérité.

Pour autant que nous sondions sérieusement et honnêtement notre ignorance en doutant de ce que nous savons, nous apprenons, je crois cela général, que la conscience de l’incertitude objective dans laquelle nous nous trouvons, a parfois le pouvoir d’éclairer vertigineusement l’étendue de notre ignorance. Pour moi cela s’est produit sous la forme de prises de conscience, accompagnées du fait que je savais brutalement et irrémédiablement que j’avais été “à côté de mes pompes”, et ceci au-delà d’un seuil dont j’avais été incapable d’admettre que je l’eus déjà franchi. “On ne s’aperçoit pas de sa bêtise en se regardant dans la glace”, comme le suggère Blanche Gardin.

Extrait de https://www.youtube.com/watch?v=4wxWv241V3g vers la minute 3:10).

Comme il me semble clair que le pays (mot plus doux que “nation”) a besoin de psychologues qui voient clair entre ce qu’ils savent et ce qu’ils ignorent, on peut demander à l’université de psychologie d’attester, par ses diplômes, que les psychologues sachent ce qu’ils font et voient clair, c’est-à-dire soient capables de réflexion critique (le maniement du doute). Or, le maniement du doute, cela s’apprend.3

Lorsque nous pensons, nous avons besoin d’un socle de vérités dont la légitimité ne tient qu’à leur arbitraire, lucidité oblige. Ce socle constitue comme le fondement sur lequel nous pouvons déployer l’arbre de notre imaginaire et donc de notre savoir. La règle du jeu de la connaissance scientifique est d’être logique. La science est éclairante pour autant qu’elle soit logiquement cohérente avec le reste des croyances considérées comme valables. Douter logiquement. Voici un objectif pédagogique général de l’éducation universitaire. Et du coup cet objectif appelle une méthodologie ou encore une pédagogie.

(1) 2022-02-03. Que vais-je raconter ici ? Les observations et réflexions d’un naturaliste d’un certain genre, celui qui pratique le lien social en cherchant à obtenir des observations d’une certaine classe, en gros, de la classe des “verbalisations” produites dans la situation de “recueil des données” détaillée ici.

Observation. Lorsque je parle du projet autour de moi, beaucoup expriment de l’intérêt voire de l’enthousiasme, mais une personne seulement franchit le pas d’y participer, j’ai pu filmer ses réponses sur fond d’une figurine sur fond d’une belle et chère montagne.

Interprétation. Il y a une résistance. Pas facile d’attraper son poisson dans cet étang là. D’où vient cette résistance ? Elle sonne “je ne veux pas pouvoir être identifiée” ; peut-être aussi “je n’aime pas l’image que je vais donner de moi”, “je n’ai pas de temps pour ça”… Allez savoir.

Conséquence. Prêter plus d’attention à ce que nous appelons une “personne publique”.



Citer ce billet
Stéphane Vautier (2022, 3 février). Carnet de recherche “La pensée des autres” Épistémologie de la psychologie. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogts

  1. Premier sang, Albin Michel, 2021, pp. 48-49. []
  2. Évoquer le concept de la Nation, c’est évoquer l’institution d’un dualisme socio-ontologique particulier. Ceci n’implique pas l’apologie d’un quelconque nationalisme ou anti-nationalisme []
  3. Le risque principal étant de douter de tout récursivement, comme un programme en boucle sur lui-même qui le rend irréversible une fois qu’il est lancé. Le doute généralisé et soutenu dans le temps peut-être essayé, à nos risques et périls d’expériences méditantes, comme interrupteur de pensée, voire de langage. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.