Test d’accréditation d’une revue scientifique

Je propose de discuter de l’opportunité de la convention suivante. Une revue scientifique est réputée crédible, c’est-à-dire “accréditée” dans le langage administratif, si tous les auteurs et tous les pairs qui évaluent les articles soumis à publication, y compris l’éditeur de la revue et les membres de son comité scientifique, on accepté ces normes déontologiques.

Si au moins une des personnes ci-dessus désignées n’a pas approuvé ces normes, alors la revue n’est pas crédible donc pas accréditée.

En pratique, on peut évaluer la crédibilité de la revue par la proportion d’approbations, c’est-à-dire le nombre d’approbations enregistrées, rapporté au nombre de collaborateurs que compte la revue. Ainsi, la crédibilité de la revue est évaluée sur une échelle numérique variant de 0 (crédibilité nulle) à 1 (crédibilité de la revue). Toute valeur inférieure à 1 indique un défaut de crédibilité, c’est-à-dire une situation actuellement insatisfaisante.

Par conséquent, un énoncé de validation de la crédibilité scientifique d’une revue, fondé sur une statistique jugée “satisfaisante” par une convention du type

satisfaisant = (statistique > .70)

peut logiquement être considéré comme de la publicité mensongère ; et l’accréditation qui lui est éventuellement associée comme erronée.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.