Sur la vérification (essai de clarification)

La vérité peut s’entendre comme une sorte de solipsisme, comme dans la phrase “c’est MA vérité” (voir par exemple ce témoignage, minute 3:30). Il suffit de s’appuyer sur le vocabulaire : le vécu, le ressenti, l’expérience, l’éprouvé, la vérité, sont des termes qui ne désignent pas forcément la même chose. La vérité n’est pas nécessairement conditionnée par mon expérience. Si j’appelle vrai ce qui est, j’admets la vérité tout en reconnaissant que je ne la connais pas entièrement parce que je ne connais pas entièrement ce qui est. J’admets qu’il n’y a pas coïncidence entre mon expérience et la vérité ou encore ce qui est. La recherche de la vérité constitue, à mes yeux, une direction du cœur, un peu comme la direction que suivent les saumons qui, d’instinct, remontent le courant.

Sommes-nous semblables ou différents quant à la nécessité dans laquelle nous nous trouvons de chercher la vérité ? Je propose un sondage pour voir un peu la distribution des positionnements.

Si nous admettons la nécessité de la vérité, au moins au titre d’une nécessaire convention pour harmoniser nos existences respectives, nous pouvons distinguer différentes espèces de vérité. Je distingue la vérité logique et la vérité empirique.

Voici un exemple de vérité empirique : la vérité du résultat d’un comptage.

Extrait de 29 mars 2022, la ruche parle aux abeilles, controlecitoyenelection.com.



Citer ce billet
Stéphane Vautier (2022, 1 avril). Sur la vérification (essai de clarification). Épistémologie de la psychologie. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogtu

Une réflexion sur « Sur la vérification (essai de clarification) »

  1. remarque

    “Si j’appelle vrai ce qui est, j’admets la vérité tout en reconnaissant que je ne la connais pas entièrement parce que je ne connais pas entièrement ce qui est.”

    N’est-il pas étrange de faire de la vérité une propriété de “ce qui est” plutôt qu’une propriété des propositions (c’est-à-dire, seulement une catégorie d’objets de “ce qui est” si “ce qui est” est entendu comme la totalité des faits) ? Considérons que X existe — comment peut-il il y avoir une “vérité” au sens de propriété de X ? Alternativement, il est davantage aisé de voir comment la vérité est une propriété d’une proposition sur l’existence de X (si X existe et que j’énonce “X n’existe pas”, ma proposition est fausse). En ce sens, X ne peut pas avoir de statut de vérité, contrairement aux descriptions de X.

    Dans quel sens la vérité peut-elle être autre chose que la propriété d’une proposition, et en particulier (1) de “ce qui est” et (2) d’une expérience (en référence à l’expression “ma vérité” qui est discutée dans le billet) ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.