Didier Raoult sur le progrès pharmaceutique

Peut-être que tout simplement, c’est la fin d’un monde. On a eu l’habitude, à chaque situation nouvelle, d’avoir une nouvelle molécule hors de prix. Au départ, il était prévu que la molécule concurrente [à l’hydroxychloroquine], le remdesivir, coûterait plusieurs milliers d’euros, qu’on ferait des congrès avec ça, qu’on entretiendrait toute l’activité qui s’est développée, ces dernières années, avec les maladies infectieuses chroniques comme l’hépatite C et le sida, et qui coûte des milliards. Elle a permis le développement de journaux entiers, de voyages, de congrès, tout ça est ruiné si c’est juste de l’hydroxychloroquine pour laquelle personne ne voudra payer, car c’est un médicament générique fabriqué en Inde et qui ne coûte pratiquement rien. (p. 440)

Raoult, D. (2021). Carnets de guerre Covid-19. Le plus grand scandale sanitaire du XXIe siècle. Neuilly sur Seine : Éditions Michel Lafon.

Voir aussi Morin (2008).



Citer ce billet
Stéphane Vautier (2022, 6 juillet). Didier Raoult sur le progrès pharmaceutique. Épistémologie de la psychologie. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogty

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.