Archives de l’auteur : Stéphane Vautier

Sur possibilité et vérité

Une possibilité ne peut être vraie — elle peut exister ou ne pas exister (ici, être = exister) et si elle existe, elle peut s’actualiser ou ne pas s’actualiser. Et qu’une possibilité existe est une phrase vraie ou fausse. De la même manière, une possibilité ne peut pas être fausse.

Il n’y a que les phrases qui peuvent être vraies ou fausses. Encore existe-il peut-être des phrases qui ne sont ni vraies ni fausses : je ne vois pas à quel titre toute phrase devrait être vraie ou fausse (ou pourquoi une phrase ni vraie ni fausse ne pourrait pas exister).

Sur la connerie (ou la bêtise)

Qu’est-ce qu’être con ? Etre un  « agent supposé ‘myope’ et disposer uniquement d’une rationalité adaptative » — tiré de Individualisme méthodologique (Wikipedia, à propos de la théorie des jeux évolutionnistes). Comme on est tous « myope » — au sens de l’ignorance dont nous sommes affectés concernant ce qui se passe — la connerie c’est l’égoïsme. La théorie des jeux évolutionnistes a-t-elle été essayée en partant de la générosité comme méta-but stratégique ?

Albert Jacquard sur les mathématiques cache-misère

Trop souvent les mathématiques sont … utilisées comme un cache-misère conceptuel. Lorsque l’on ne sait pas trop bien de quoi on parle, il est tentant, pour faire illusion et camoufler le flou de la pensée, de représenter sans le définir l’objet du discours par un symbole, et d’introduire ce symbole dans quelques équations. Plus ces équations sont compliquées, plus elles feront appel à des dérivées secondes ou à des intégrales, plus le tour de passe-passe sera réussi. Cette débauche de moyens édifie une façade de scientificité qui décourage la critique. (p. 86)

Jacquard, A. (1998). L’équation du nénuphar : les plaisirs de la science. Paris : Calmann-Lévy.

Thomas Mergel sur l’employabilité

Le processus de Bologne a instauré le concept d’employabilité. Il s’agit d’une approche extrêmement utilitariste de la formation universitaire. Pour ma part je la considère comme totalement dépassée. Le monde professionnel et les métiers eux-mêmes évoluent si vite que nos formations n’arriveront jamais à coller à ces besoins spécifiques. Beaucoup d’entreprises, en particulier dans les domaines techniques, ont déjà mis en place des formations complémentaires, adaptées à leurs besoins et destinées aux jeunes diplômés. Et ça, je pense que c’est la bonne solution. Jamais l’université ne sera capable de profiler les étudiants selon les critères des entreprises, que ce soit en sciences humaines ou en ingénierie. La notion d’employabilité est une aberration car en plus de nuire à la qualité des enseignements, elle n’apporte rien aux étudiants. (35:54)

In Viallet, J.-R. (2016). Etudiants, l’avenir à crédit.

Christian Laval sur le capital humain

Le capital humain c’est quoi ? C’est le fait qu’on considère qu’un individu dispose d’un stock de de compétences et de connaissances valorisables sur le marché et qui a donc une rentabilité. L’ensemble de la formation et en particulier de la formation universitaire doit consister à accroître à augmenter ce capital personnel ; et donc on suppose par là que la connaissance fait partie du capital humain et va donner des revenus. Il serait donc légitime de demander à l’individu lui-même de financer la formation de ce capital et pour cela de s’endetter. Il y a donc un rapport entre le coût des études et ce que les études sont censées rapporter. Mais vous voyez que, finalement dans cette logique, la connaissance n’a plus qu’une valeur économique. Et cette valeur économique elle est censée discipliner l’étudiant. C’est-à-dire qu’on suppose, désormais, que l’étudiant suivra d’autant plus assidûment ses études, qu’il sera d’autant plus sérieux, qu’il aura payé cher. On a tout réduit, dans cette logique-là, à la dimension de la marchandise. (31:25)

In Viallet, J.-R. (2016). Etudiants, l’avenir à crédit.

Empirical vs. mathematical measurement

Mathematical measurement, i.e. the concept of a measurable function, and hence, the concept of probability, are not empirical issues. The measurement issue in empirical sciences is empirical, as it matters with theory and the world as far as we can name it, or with experience if one does not want to engage in metaphysical ontology. It follows that one cannot consistently claim that the mathematical meaning of the word « measurement » suffices to enable one to juge whether empirical measurement has been achieved in a given area of observables; as what is needed is empirical testing, not only definitions. Use at least one testable theory of measurement before claiming that measurement has been achived in a certain psychological area. (See here for an example of a testable theory of measurement, and my comment on Stevens’ approach to measurement here).

date: 2017/12/28.

Sur les savants, les logiciens, les psychologues et les musiciens

Tout logicien est un savant mais pas tout savant est un logicien. Les philosophes ne sont pas tous des logiciens. Et d’ailleurs, tout logicien n’est pas un philosophe, du moins en principe. Mais un logicien est un savant parce qu’il a le savoir de la logique (ou au moins une partie de ce savoir — c’est que le savoir est un ensemble (et je précise que par savoir, j’entends toute sorte de savoir, y compris celui qui s’exprime dans la pratique). Il a va de même pour les psychologues : tout psychologue n’est pas un logicien, et cela n’empêche pas qu’il puisse exister un psychologue qui soit logicien.

Le tout est de savoir si la psychologie, considérée comme institution (terme flou pour permettre de donner une intention à une non-personne), se donne l’exigence d’être logique. La réponse est négative dès lors que cette psychologie proclame qu’elle se fiche de la vérité — si elle se contente de démultiplier la vérité en autant de bulles subjectives alors rien n’interdit que ces bulles ne se rencontrent et, si elles existent toujours après la rencontre, qu’elles ne connaissent un partage de (la) vérité.

Si la psychologie refuse d’être logique, ou n’est logique que par intermittence, comment y mettre de l’ordre ? Il est possible que la psychologie soit une discipline dont la discipline, au sens des possiblement multiples objectifs qu’elle vise, consiste à ne pas permettre de mise en ordre, une sorte de force dissolvante dans le champ du savoir — une discipline du chaos ou encore de l’entropie — état de repos, mort.

Note. Tandis que la musique est une discipline qui consiste, jouant avec l’ordre du son, ce qui n’a rien à voir, et, s’y éprouvant (expérience de la chose), à mieux connaître cet ordre. Mais qu’a-t-on à connaître par la psychologie si celle-ci refuse tout ordre ? On peut remarquer l’analogie entre l’adolescence (ou la révolte générale, fureur inextinguible) et la jeunesse de la discipline. Peut-être faut-il attendre qu’un ordre psychologique ait été bien découvert pour que la psychologie s’assagisse et s’organise autour de son objet. A ma connaissance, ce n’est pas encore fait. Je laisse de côté la pitrerie des évaluations académiques et du business qui va avec, qui n’organisent qu’un académisme de façade.

date : 28/11/2017

George Canguilhem sur science et technique en psychologie

Nous ne nous plaçons pas, cela va de soi, sur le terrain des capacités et de la technique. Qu’il y ait de bons ou de mauvais psychologues, c’est-à-dire des techniciens habiles après apprentissage ou malfaisants par sottise non sanctionnée par la loi, ce n’est pas la question. La question c’est qu’une science, ou une technique scientifique ne contiennent d’elles-mêmes aucune idée qui leur confère leur sens. Dans son Introduction à la Psychologie, Paul Guillaume a fait la psychologie de l’homme soumis à une épreuve de test. Le testé se défend contre une telle investigation, il craint qu’on n’exerce sur lui une action. Guillaume voit dans cet état d’esprit une reconnaissance implicite de l’efficacité du test. Mais on pourrait y voir aussi bien un embryon de psychologie du testeur. La défense du testé c’est la répugnance à se voir traité comme un insecte, par un homme à qui il ne reconnaît aucune autorité pour lui dire ce qu’il est et ce qu’il doit faire. (p. à compléter)

Canguilhem, G. (1958). Qu’est-ce que la psychologie ? Revue de Métaphysique et de Morale, 1, 12-25.

Willard Quine sur la notion de phrase observationnelle

… les phrases observationnelles … sont précisément ces phrases occasionnelles sur lesquelles il est à peu près certain qu’il y aura un ferme accord de la part de tous les observateurs bien placés. Ainsi ce sont précisément les phrases sur lesquelles l’homme de science cherchera à se replier lorsqu’il sera pressé par le doute de ses collègues. (p. 80)

Quine, W. V. A. (1977). Le mot et la chose. Paris : Flammarion. (Original publié en 1960)

 

48a. Concordance de la notation des copies : une étude empirique

Dans quelle mesure les notes dépendent-elles des notateurs ?

Huit enseignants ont, indépendamment les uns des autres, noté un échantillon de 10 copies  prélevé dans les copies de 15 groupes d’étudiants en psychologie ayant composé pendant une séance de travaux dirigés.

Le sujet d’examen comportait 14 questions à format de réponse ouvert. Le barème de notation des réponses aux questions était dichotomique (0, 1 point) ou trichotomique (0 ; 0,5 ; 1 point). Deux types de questions étaient distingués selon le caractère bref vs. développé de la réponse attendue.

A l’échelle des notes composites. Avec le barème dichotomique, l’écart entre la note maximale et la note minimale d’une copie quelconque est de 1 ou 2 points sur 14 points. Avec le barème trichotomique employé pour les questions à réponse développée, l’écart varie de 1 à 2,5 points sur 14. Par extrapolation linéaire, on ne peut exclure que la note sur 20 d’une copie quelconque varie dans un intervalle de 2,86 points (barème dichotomique) ou de 3,57 points (barèmes di- ou trichotmiques) selon les notateurs.

A l’échelle des notes élémentaires. L’écart à la concordance interjuge des notes d’une réponse à une question quelconque peut être calculé par la distance minimale qui sépare la distribution des notes des distributions concordantes possibles. Avec le barème (0, 1), sur 80 réponses à des questions à réponse brève, 75 cas ont été notés objectivement (94 %) ; deux cas présentent un écart sensible à la concordance (distribution 5/3 ou 3/5). Sur 50 réponses à des questions à réponse développée de manière textuelle, 29 cas ont été notés de manière concordante (58 %).

Conséquences pratiques. Le remplacement du format à réponse brève (e.g., vrai ou faux, valeur numérique) par des choix multiples supprime le problème de variabilité interjuge. La notation de verbatims ne peut pas être considérée comme ne posant pas de problème de variabilité interjuge. Lorsqu’une équipe pédagogique souhaite favoriser la production de textes dont la valeur est notée dans un barème numérique, elle ne peut ignorer la possibilité que les notes résultantes puissent varier d’un notateur à un autre dans une mesure d’environ trois points.

Deux exemples.

Cite this article as: Stéphane Vautier, "48a. Concordance de la notation des copies : une étude empirique", in Épistémologie de la psychologie, 21/11/2017, https://epistemo.hypotheses.org/4774.

47a. Évaluation scolaire et excellence

Si on y réfléchit, on découvre que l’école de la cinquième république apprend à une grande majorité de ses élèves qu’ils ne sont pas excellents. C’est de mon point de vue une catastrophe psychologique et une perfidie sociale.

1. Les élèves, en grande majorité, ne sont pas excellents

L’école et l’université définissent l’excellence par les notes supérieures ou égales à 17/20. Dans sa carrière scolaire, de la sixième à la terminale, un élève est évalué environ 220 fois, si on admet qu’il est noté une fois par semaine et qu’une année scolaire comprend 32 semaines qui font 32 × 7 = 224 occasions d’être évalué.

Seule une minuscule minorité d’élèves est concernée par la possibilité de l’excellence, i.e., par la possibilité d’obtenir des notes constamment excellentes. Résultat, l’élève moyen n’est pas excellent. Le message est indolore, répétitif, objectif.

2. L’apprentissage de la non-excellence est une catastrophe psychologique

Un élève qui arrive à l’université a appris à ne pas exiger de lui-même l’excellence. Mais il y a pire : il a appris à ne pas prendre au sérieux la possibilité de surmonter l’obstacle que lui oppose le discours savant. Les mots et les phrases qui n’ont pas de sens pour lui ne sont pas des montagnes à gravir, dont il faudrait connaître la topologie pour apprendre à en atteindre les sommets, d’où embrasser un massif du regard ; les mots sont des éléments de discours qu’il faut manier en recherchant un verdict d’acceptabilité (il faut avoir au moins 10/20) — il s’agit d’être l’agent d’un transport. On peut remarquer que la dissémination d’un discours partout où il puisse être entendu nécessite des agents de transport et que disséminer un discours n’est pas élaborer un discours — pouvoir d’élaboration qui devrait être un signe d’humanité.

La mise en question de la vérité du discours universitaire est une possibilité qui a presque disparu du monde des possibilités de l’étudiant-ancien-élève-du-lycée-collège, parce que mettre en question le discours académique, c’est explorer ; or il n’a aucune idée de ce que peut être une telle exploration du savoir — on appelle aussi cela « penser ». Il est même possible que l’étudiant ainsi scolairement préparé ait acquis la conviction que la vérité n’existe pas ou, s’il admet qu’elle existe, que son destin n’est pas de l’atteindre et alors pourquoi vouloir la chercher.

3. L’apprentissage de la non-excellence est une perfidie sociale

L’apprentissage de la non-excellence, qui consiste à accepter la normalité d’une position subordonnée dans l’échelle de valeurs de la valeur intellectuelle, a une fonction sociale : c’est que d’une part, l’élite, qui est définie par la possession du pouvoir, est une (minuscule) minorité et, d’autre part, qu’il faut bien qu’il existe une élite. CQFD : l’élève a appris qu’il n’a pas à revendiquer l’exercice du pouvoir parce qu’il n’appartient pas à la catégorie des gens excellents.

Il peut même cultiver l’idée que le pouvoir lui échappe à proportion de sa valeur, tout comme lui échappent la vérité et l’argent. Et comme il n’explore pas ce que sont le pouvoir, la vérité ou l’argent, il peut même se démontrer à lui-même que tout cela est en ordre.

4. À quoi et à qui doit servir l’École ?

Il ne s’agit pas de rejeter l’évaluation scolaire mais de réfléchir à l’utilité qu’on lui confère. Dans une société qui rend possible qu’aucun homme ne doive ses conditions minimales d’existence à l’aliénation de son « capital humain » à un capitalisme qui s’est approprié l’argent, l’École pourrait servir à permettre à qui le souhaite de découvrir ce en quoi il excelle (pour le bonheur de l’humanité tout entière).

Voir aussi Salanskis (2009).

Cite this article as: Stéphane Vautier, "47a. Évaluation scolaire et excellence", in Épistémologie de la psychologie, 29/10/2017, https://epistemo.hypotheses.org/4738.