Archives de l’auteur : Stéphane Vautier

Caroline Galactéros sur la paix

La paix, c’est un équilibre ; l’équilibre, c’est un compromis ; le compromis c’est des concessions. Force est de constater, malheureusement, cette espèce de hargne, cet esprit…, de volonté de montrer toujours son invulnérabilité, sa supériorité, son hégémonie, qui dans le camp américain et avec les européens comme bras armés, comme petits bras armés régionaux on va dire, produit cette espèce de crispation, et il faut en sortir, absolument, parce que sinon… sinon tout va à vau-l’eau et on n’aura pas la paix (mn 30:00 et suivantes).

… C’est ça la paix, il faut se mettre à la place de l’autre, un petit peu, ça ne veut pas dire oublier ses intérêts, au contraire, mais ça ne peut se faire que dans un véritable dialogue (mn 34:00 et suivantes).

Depuis quand il y a une vérité internationale autre que celle de l’équilibre instable et compliqué, et toujours en mouvement, des rapports de force ? …. Il faut s’intéresser aux perceptions sécuritaires des autres, et essayer de faire en sorte que cette bascule du monde ne nous broie pas (mn 43:00 et suivantes).

Galactéros, C. (2022, 30 juin). Comment en sommes-nous arrivés là ? L’expertise de madame Galactéros.

 

Didier Raoult sur le progrès pharmaceutique

Peut-être que tout simplement, c’est la fin d’un monde. On a eu l’habitude, à chaque situation nouvelle, d’avoir une nouvelle molécule hors de prix. Au départ, il était prévu que la molécule concurrente [à l’hydroxychloroquine], le remdesivir, coûterait plusieurs milliers d’euros, qu’on ferait des congrès avec ça, qu’on entretiendrait toute l’activité qui s’est développée, ces dernières années, avec les maladies infectieuses chroniques comme l’hépatite C et le sida, et qui coûte des milliards. Elle a permis le développement de journaux entiers, de voyages, de congrès, tout ça est ruiné si c’est juste de l’hydroxychloroquine pour laquelle personne ne voudra payer, car c’est un médicament générique fabriqué en Inde et qui ne coûte pratiquement rien. (p. 440)

Raoult, D. (2021). Carnets de guerre Covid-19. Le plus grand scandale sanitaire du XXIe siècle. Neuilly sur Seine : Éditions Michel Lafon.

Voir aussi Morin (2008).

Mattias Desmet sur l’abstraction scientifique et la vie

The logic and rational explanation of a natural phenomenon–however comprehensive it may be–always makes an abstraction of that phenomenon. Theoretical models never capture anything fully; they always leave an unexplained remainder. This remainder is not insignificant, random “noise”. It is the essence of the object. It is its living component. (p. 39)

Desmet, M. (2022). The psychology of totalitarianism. Chelsea Green Publishing: London.

Voir aussi Popper (2013/1945).

Sur l’unanimité en science vs. dans une formation de masse

Ce n’est parce que tout le monde croit P que P.

Ce qui sépare l’unanimité d’opinion en science1 et l’unanimité d’opinion dans une formation de masse2, c’est qu’en science la vérité empirique est ou devrait être unanimement considérée comme concordance intersubjective et non pas comme réalité3, de sorte que le doute soit toujours permis4. Or l’intolérance à la mise en doute de l’opinion admise est d’après Desmett une propriété caractéristique d’une formation de masse.

Conséquence : une formation de masse ne peut nourrir de pensée scientifique5.

  1. par exemple, tout le monde est d’opinion que le présent texte est ou semble rédigé en français []
  2. état mental individuel et collectif décrit par Mattias Desmett []
  3. distinction dont j’ignore si elle est admise par le “positivisme”. Je parierai non pour le comtisme, oui pour l’école de Vienne eut égard à son logicisme. Qui détient le critère de la réalité ? []
  4. ce n’est parce que tout le monde croit P que P. []
  5. technique je dirais oui puisque la formation de masse n’oblitère pas totalement le jugement. []

Olivier Clerc sur cœur et raison

Si nous possédons à la fois un cœur et un intellect, c’est de toute évidence parce que nous avons besoin des deux pour bien fonctionner. Le monde actuel reflète à l’envi les conséquences négatives qu’entraîne l’usage immodéré de l’intellect, non contrebalancé par le cœur : cynisme, froideur, incivilité, exploitation sans vergogne de la nature et des autres, et autres comportements tristement familiers. Mais un cœur non équilibré par la raison et les facultés intellectuelles ne vaut guère mieux. Il ouvre la porte aux illusions, aux superstitions, aux choix mal informés, au risque d’être berné et manipulé, et autres problèmes du même genre. (pp. 82-83)

Clerc, O. (2020). Le don du pardon. Un cadeau toltèque de Don Miguel Ruiz. Paris : Guy Trédaniel (nouvelle édition augmentée).

Sur la vérification (essai de clarification)

La vérité peut s’entendre comme une sorte de solipsisme, comme dans la phrase “c’est MA vérité” (voir par exemple ce témoignage, minute 3:30). Il suffit de s’appuyer sur le vocabulaire : le vécu, le ressenti, l’expérience, l’éprouvé, la vérité, sont des termes qui ne désignent pas forcément la même chose. La vérité n’est pas nécessairement conditionnée par mon expérience. Si j’appelle vrai ce qui est, j’admets la vérité tout en reconnaissant que je ne la connais pas entièrement parce que je ne connais pas entièrement ce qui est. J’admets qu’il n’y a pas coïncidence entre mon expérience et la vérité ou encore ce qui est. La recherche de la vérité constitue, à mes yeux, une direction du cœur, un peu comme la direction que suivent les saumons qui, d’instinct, remontent le courant.

Sommes-nous semblables ou différents quant à la nécessité dans laquelle nous nous trouvons de chercher la vérité ? Je propose un sondage pour voir un peu la distribution des positionnements.

Si nous admettons la nécessité de la vérité, au moins au titre d’une nécessaire convention pour harmoniser nos existences respectives, nous pouvons distinguer différentes espèces de vérité. Je distingue la vérité logique et la vérité empirique.

Voici un exemple de vérité empirique : la vérité du résultat d’un comptage.

Extrait de 29 mars 2022, la ruche parle aux abeilles, controlecitoyenelection.com.

Test d’accréditation d’une revue scientifique

Je propose de discuter de l’opportunité de la convention suivante. Une revue scientifique est réputée crédible, c’est-à-dire “accréditée” dans le langage administratif, si tous les auteurs et tous les pairs qui évaluent les articles soumis à publication, y compris l’éditeur de la revue et les membres de son comité scientifique, on accepté ces normes déontologiques.

Si au moins une des personnes ci-dessus désignées n’a pas approuvé ces normes, alors la revue n’est pas crédible donc pas accréditée.

En pratique, on peut évaluer la crédibilité de la revue par la proportion d’approbations, c’est-à-dire le nombre d’approbations enregistrées, rapporté au nombre de collaborateurs que compte la revue. Ainsi, la crédibilité de la revue est évaluée sur une échelle numérique variant de 0 (crédibilité nulle) à 1 (crédibilité de la revue). Toute valeur inférieure à 1 indique un défaut de crédibilité, c’est-à-dire une situation actuellement insatisfaisante.

Par conséquent, un énoncé de validation de la crédibilité scientifique d’une revue, fondé sur une statistique jugée “satisfaisante” par une convention du type

satisfaisant = (statistique > .70)

peut logiquement être considéré comme de la publicité mensongère ; et l’accréditation qui lui est éventuellement associée comme erronée.

Carnet de recherche “La pensée des autres”

(9) 2022-06-14. Définitions de l’intelligence et ma préférence. Une définition de l’intelligence couramment admise en psychologie est la capacité de résoudre des problèmes ou à s’adapter. Dit explicitement, l’intelligence serait la capacité à ne pas mourir ou le plus tard possible. Quitte à rêver d’un environnement à 0 risque de mourir, surtout dans un court ou moyen terme. Une autre définition, que je préfère, est la capacité de connaître ce qui est, qui implique bien sûr celle de discuter des meilleurs moyens de connaître (méthodologie de la connaissance).

Concernant la mission de l’université et pourquoi je me sens empêché de faire mon travail. La mission de l’université, en cette période particulièrement troublée, c’est d’analyser ce qui se passe, en remplissant ainsi son rôle de vigie ou encore de sentinelle. Comment se fait-il que la norme psychosociale consiste à éviter soigneusement de parler aux étudiants de la question de savoir ce qui se passe ? La question ne semble pas pertinente, on obéit à des règles de fonctionnement “à l’interne” pour faire ce qu’on a à faire traditionnellement — quitte à s’adapter à la dégradation soutenue des conditions de travail — et on est prié de s’en remettre aux autorités et aux médias autorisés pour savoir ce qui touche au “monde extérieur” (lequel pourtant conditionne l’existence de l’université et la valeur des diplômes universitaires).

D’où un problème massif : qu’est-ce qu’une université où on s’entend pour ne pas permettre aux étudiants de s’interroger sur ce qui se passe et surtout sur les moyens qu’il convient de mettre en œuvre pour en avoir connaissance ?

Question épistémologique et psychopathologique. Comment fait-on pour savoir qu’on ne délire pas ?

(8) 2022-04-01. On oppose la connaissance à l’opinion. L’opinion serait plus trompeuse que la connaissance. Mais le caractère trompeur d’une opinion, ou d’une connaissance quelconque, est-il une affaire de connaissance ou bien d’opinion ? J’opte pour l’opinion. Nous ne pouvons pas savoir si une connaissance est vraiment une connaissance sans nous servir de notre opinion. Donc il est utile d’échanger nos opinions pour acquérir des connaissances, même si nous ne savons pas encore comment trouver des connaissances. Il se peut qu’il existe des gens dont l’opinion puisse nous éclairer, ou dont l’écoute bienfaisante de notre propre opinion puisse l’éclairer et la féconder. Énoncer une opinion, c’est commencer à penser.

(7) 2022-03-27. Et celle-ci d’Amélie Nothomb, dont le style est toujours aussi étincelant : “J’éprouvais une admiration profonde pour ces enfants qui supportaient des conditions d’existence aussi spéciales. Si j’avais été plus âgé, j’aurais songé à m’insurger contre un règlement à ce point scandaleux. À six ans, je n’avais qu’une obsession : m’adapter.”1

Avons-nous assez grandi pour pouvoir songer à nous insurger contre des règlements scandaleux ?

Il faut la vérité sur ce qui me scandalise, je veux bien que cela soit ma propre obsession, mais il faut aussi la conviction, laquelle peut nous sauver. Nous sauver, par exemple, de certains états (mentaux) : “La chouette me comprenait. Je n’étais pas seul. Cette conviction me sauva” (p. 53).

(6) 2022-03-25. J’attrape au vol cette citation de Morad El Hattab.

Extrait de https://odysee.com/@AKINA:7/2022-03-23-LA4-Morad-EL-HATTAB-HD4:6.

Il faut être gonflé pour dire de quelqu’un qu’il n’est rien. On peut aussi dire qu’il n’y a rien de sacré en cet homme ou cette femme ou cet enfant-là, en empruntant le langage que tient Simone Weil dans “La personne et le sacré”. Puisqu’il n’est pas interdit d’ignorer ce qui est éminemment respectable en l’autre, celui-ci peut être traité comme un instrument. C’est pourquoi il importe que la psychologie, en tant que discipline académique, se pose la question de ce qu’elle peut dire du sacré : faute de pouvoir connaître le sacré par ses méthodes empiriques, elle peut au moins en reconnaître la réalité culturelle, anthropologique. C’est à mon sens plus noble et lumineux que l’ignorance régnante.

(5) 2022-03-04. J’ajoute une autre idée de continuation du projet, après la “première récolte” de portraits/témoignages. Il y a une question que j’aimerais poser, une question en tiroir.

Question
Veuillez prendre le temps de vous imaginer dans la situation suivante où vous jouez le rôle d’un chercheur qui accepte d’être professionnellement évalué en fonction de sa performance bibliométrique (publish or perish) : vous soumettez un article pour publication à une revue scientifique. L’éditeur de la revue vous remercie de votre intérêt pour la revue et ajoute que pour qu’il puisse lancer le processus d’évaluation, il faut que si vous acceptiez la politique de crédibilité scientifique de la revue, qui exige que les auteurs aient répondu “d’accord” à ces normes déontologiques. Seriez-vous d’accord ? Pour répondre, cliquez ici.
Tiroir de la question
Si vous n’acceptez pas les normes de crédibilité scientifique de la revue, pouvez-vous identifier la ou les raisons qui vous empêchent de les accepter ? Discutons-en cela sera très instructif.

(4) 2022-03-03. Merci aux neufs personnes dont je peux publier le témoignage ici.

(3) 2022-02-07. Une conversation entre honnêtes gens. Montrer qu’une conversation entre honnêtes gens est possible, par la pratique : voilà un des débouchés possibles du projet. J’imagine que je pourrais, dans certaines conditions dont il faut déterminer l’importance, ajouter des commentaires, sous la même forme, voire permettre à tel contributeur d’ajouter ses propres commentaires à tel autre contributeur. Et permettre ainsi le déploiement d’un éventuel jeu de répliques.

(2) 2022-02-04. Je peux aussi utiliser ce journal de recherche (public, c’est l’intérêt universitaire de l’exercice), pour consigner ma réflexion sur l’éthique du métier d’enseignant-chercheur à l’université, laquelle université se trouve être publique, c’est-à-dire appartenir, de cœur ou moralement si l’on préfère, à tout citoyen de la République — le mot “République” désignant l’institution qui donne ou refuse le statut de citoyen à des êtres humains, ainsi que la Nation et sa nationalité2. Remarquons que l’existence de l’université publique repose sur celle de l’État.

Que veulent les concitoyens (je vais dire “les gens du peuple” ou “le peuple” par la suite, en admettant que la reconstruction de la notion de peuple soit un objectif pressant), que l’université de psychologie apporte à ses étudiants ? Quels services les psychologues diplômés doivent-ils rendre aux membres de la Nation-État lorsqu’ils en ont besoin ? Fini le temps où le Savoir, c’est-à-dire l’amour de la Vérité, constituait la raison première et suffisante de l’Université et était-elle, alors, publique ? Serait-il possible que les psychologues diplômés n’aient pas de savoir, bien que titulaires d’un diplôme ? On m’a appris que le diplôme atteste un savoir. Lequel ? Bref, je suppose que le bon sens est évident : les gens veulent des psychologues qui savent ce qu’ils font et qui ne mentent pas, sinon comment leur faire confiance ? Tout au moins, voilà qui explicite mon point de vue.

D’où la nécessité, donc la légitimité, de la formation épistémologique des étudiants de psychologie ; non pas d’un “récit-vernissage” d’une histoire de l’épistémologie sans pratique de l’épistémologie d’une ou de l’histoire, mais une pratique de critique du discours de la psychologie (ou de telle ou telle psychologie). Cette formation n’a d’autre raison que l’instruction d’un fait : nous ignorons la plupart du temps à quoi tient la vérité des propos auxquels nous nous fions. Par conséquent, nous vivons dans une vision du monde qui est non seulement imaginaire, cognition oblige, mais encore erronée ou vraie dans une mesure inconnue, tant qu’on ne dispose pas d’une “mesure”, d’une théorie, de la vérité.

Pour autant que nous sondions sérieusement et honnêtement notre ignorance en doutant de ce que nous savons, nous apprenons, je crois cela général, que la conscience de l’incertitude objective dans laquelle nous nous trouvons, a parfois le pouvoir d’éclairer vertigineusement l’étendue de notre ignorance. Pour moi cela s’est produit sous la forme de prises de conscience, accompagnées du fait que je savais brutalement et irrémédiablement que j’avais été “à côté de mes pompes”, et ceci au-delà d’un seuil dont j’avais été incapable d’admettre que je l’eus déjà franchi. “On ne s’aperçoit pas de sa bêtise en se regardant dans la glace”, comme le suggère Blanche Gardin.

Extrait de https://www.youtube.com/watch?v=4wxWv241V3g vers la minute 3:10).

Comme il me semble clair que le pays (mot plus doux que “nation”) a besoin de psychologues qui voient clair entre ce qu’ils savent et ce qu’ils ignorent, on peut demander à l’université de psychologie d’attester, par ses diplômes, que les psychologues sachent ce qu’ils font et voient clair, c’est-à-dire soient capables de réflexion critique (le maniement du doute). Or, le maniement du doute, cela s’apprend.3

Lorsque nous pensons, nous avons besoin d’un socle de vérités dont la légitimité ne tient qu’à leur arbitraire, lucidité oblige. Ce socle constitue comme le fondement sur lequel nous pouvons déployer l’arbre de notre imaginaire et donc de notre savoir. La règle du jeu de la connaissance scientifique est d’être logique. La science est éclairante pour autant qu’elle soit logiquement cohérente avec le reste des croyances considérées comme valables. Douter logiquement. Voici un objectif pédagogique général de l’éducation universitaire. Et du coup cet objectif appelle une méthodologie ou encore une pédagogie.

(1) 2022-02-03. Que vais-je raconter ici ? Les observations et réflexions d’un naturaliste d’un certain genre, celui qui pratique le lien social en cherchant à obtenir des observations d’une certaine classe, en gros, de la classe des “verbalisations” produites dans la situation de “recueil des données” détaillée ici.

Observation. Lorsque je parle du projet autour de moi, beaucoup expriment de l’intérêt voire de l’enthousiasme, mais une personne seulement franchit le pas d’y participer, j’ai pu filmer ses réponses sur fond d’une figurine sur fond d’une belle et chère montagne.

Interprétation. Il y a une résistance. Pas facile d’attraper son poisson dans cet étang là. D’où vient cette résistance ? Elle sonne “je ne veux pas pouvoir être identifiée” ; peut-être aussi “je n’aime pas l’image que je vais donner de moi”, “je n’ai pas de temps pour ça”… Allez savoir.

Conséquence. Prêter plus d’attention à ce que nous appelons une “personne publique”.

  1. Premier sang, Albin Michel, 2021, pp. 48-49. []
  2. Évoquer le concept de la Nation, c’est évoquer l’institution d’un dualisme socio-ontologique particulier. Ceci n’implique pas l’apologie d’un quelconque nationalisme ou anti-nationalisme []
  3. Le risque principal étant de douter de tout récursivement, comme un programme en boucle sur lui-même qui le rend irréversible une fois qu’il est lancé. Le doute généralisé et soutenu dans le temps peut-être essayé, à nos risques et périls d’expériences méditantes, comme interrupteur de pensée, voire de langage. []

Erreur de catégorie

Définition. Une erreur de catégorie est un amalgame (de catégories) ou un non-discernement (entre catégories distinctes).

Paul – Je suis d’accord pour manger une pomme par jour.

Julie – Alors pourquoi, aujourd’hui, refuses-tu de manger une orange ?

Paul – Argument inopposable.

Julie – Ah oui pardon. J’ai fait une « erreur de catégorie », la règle “manger une pomme par jour” ne s’applique qu’aux pommes, qui ne sont pas des oranges, donc elle ne s’applique pas aux oranges.

Exercices d’application : trouver l’erreur de catégorie.

1.  Extrait du Doctothon 2, vers la minute 2h38

Remarque. Il est toujours possible de questionner la définition d’une catégorie. Par exemple,  Wikipedia fournit  une définition de la notion de “vaccin” qui inclut l’ARN messager, laquelle mentionne aussi la notion de “vaccin homologué”, celle-ci suggérant alors la catégorie de “vaccin non-homologué”. Voir aussi la remarque de Jacques Bauer ci-dessous.

 

2. Extrait de Laurent Toubiana est l’invité d’Éric Morillot dans Les Incorrectibles, vers la minute 4:30

3. Extrait de “Sur l’exemplarité du monde académique face à la catastrophe écologique

Remarques. “axiologique” signifie qui relève des valeurs (lesquelles ressortent de l’éthique, selon moi), à commencer par ce qui est bon, vrai, désirable, etc. ; “émétique” signifie “vomitif”, qui fait vomir.

Règles du jeu de la controverse critique et rationnelle (ou de la responsabilité intellectuelle)

A) Quelles règles, les moins nombreuses possible, sont nécessaires pour la controverse critique et rationnelle ? B) Comment parvenir à un accord sur ces règles ?

A) Pendant la controverse, dans la recherche de la vérité scientifique1, je m’engage à :

  1. ne pas mentir (bonne foi, honnêteté, chercher à dire vrai),
  2. respecter la vérité empirique (par exemple, ne pas l’ignorer lorsque je peux la connaître),
  3. respecter la vérité logique (par exemple, ne pas accepter deux propositions contradictoires),
  4. ne pas confondre ce qui est sacré en chacun de nous et le discours de chacun, qui n’est pas sacré (ce qui implique qu’on ne doit pas craindre que contester la vérité du discours d’autrui nous soit reproché comme une offense ou un manque de respect à son encontre),
  5. face à une demande de positionnement, me positionner (quitte à opter pour la “position tierce” si je refuse les termes du choix),
  6. dans le contexte de la controverse, accepter la publicité de tous mes positionnements (qui sont en jeu dans la discussion),
  7. honorer mes partenaires de controverse.

B) Une des buts premiers de la diplomatie est qu’une bienveillance minimale s’installe entre les participants — cf. la notion de fairplay pour le jeu ou le sport. Cette bienveillance minimale comprend la tolérance à l’égard de la faillibilité de quiconque (soi comme autrui). Si quelqu’un refuse d’avoir tort, alors il est inutile de défendre un point de vue contradictoire. De plus, c’est par la détection de l’erreur que l’apprentissage peut avoir lieu. La blessure égotique infligée par l’erreur publiquement détectée, joue le rôle du sacrifice qu’il faut consentir dans la recherche impeccable de vérité — sacrifier nos illusions.

Supposons que la personne à qui sont soumises les règles précédentes, craigne d’être trompée et refuse de les considérer. Alors une discussion sérieuse me semble impossible et il est inutile voire risqué d’essayer de discuter.  Pour éviter le blocage défensif ou, peut-être, d’emblée à titre préventif, on peut essayer d’établir la convention2 suivante : chacun, lors de la phase diplomatique de la controverse, peut exiger que le nombre de règles qu’il aura introduites avec le consentement unanime, soit au plus égal au nombre de règles que chacun aura introduit avec le consentement unanime.

Cette approche n’est pas radicalement minimaliste car elle tient compte de l’égalitarisme comptable (tous traités de la même façon) qui règne aujourd’hui en guise “d’opérationnalisation” de l’idée de justice. Une telle convention pourrait tenir lieu de preuve vérifiable de bonne volonté.

  1. qui comprend au moins la vérité logique et la vérité empirique []
  2. à l’unanimité, sens strict par défaut []

Simone Weil sur les rapports entre la collectivité et la personne

Les rapports entre la collectivité et la personne doivent être établis avec l’unique objet d’écarter ce qui est susceptible d’empêcher la croissance et la germination mystérieuse de la partie impersonnelle de l’âme.

Pour cela, il faut d’un côté qu’il y ait autour de chaque personne de l’espace, un degré de libre disposition du temps, des possibilités pour le passage à des degrés d’attention de plus en plus élevés, de la solitude, du silence. Il faut en même temps qu’elle soit dans la chaleur, pour que la détresse ne la contraigne pas à se noyer dans le collectif. (p. 21)

Weil, S. (1957). La personne et le sacré. In Écrits de Londres et autres lettres (pp. 9-44). Paris : Gallimard.

Emmanuel Lévinas sur le visage

Visage, déjà langage avant les mots, langage originel du visage humain dépouillé de la contenance qu’il se donne — qu’il supporte — sous les noms propres, les titres et le genres du monde. Langage originel, déjà demande, déjà mendicité, mais déjà aussi impératif qui du mortel, qui du prochain, me fait répondre, malgré ma propre mort, message de la difficile sainteté, du sacrifice ; origine de la valeur et du bien, idée de l’ordre humain dans l’ordre donné à l’humain. Langage de l’inaudible, langage de l’inouï, langage du non-dit. Ecriture !

Ordre qui touche le moi dans son individualité d’étant encore enfermé dans le genre auquel il appartient selon l’être, étant encore interchangeable dans la communauté logique de l’extension du genre, mais déjà réveillé à son unicité d’irremplaçable, ordonné à l’unicité, logiquement indiscernable, de monade, à une unicité d’élu, dans la responsabilité irrécusable qui est amour, en dehors de toute concupiscence, mais amour qui rattache à l’aimé, c’est-à-dire à “l’unique au monde”.

D’unicité à unicité — transcendance ; en dehors de toute médiation — de toute motivation puisable dans une communauté générique — en dehors de toute parenté préalable et de toute synthèse a priori — amour d’étranger à étranger, meilleur que la fraternité au sein de la fraternité même. Gratuité de la transcendance-à-l’autre interrompant l’être toujours préoccupé de cet être-même et de sa persévérance dans l’être. Interruption absolue de l’onto-logie, mais dans l’un-pour-l’autre de la sainteté, de la proximité, de la socialité, de la paix. Socialité utopique qui commande cependant toute l’humanité en nous et où les Grecs aperçurent l’éthique. (p. III de la Préface à l’édition allemande, 1987).

Lévinas, E. (1971). Totalité et infini. Essai sur l’extériorité. Le livre de poche -Kluwer Academic.

François Cheng sur immanence et transcendance

L’homme moderne est cet être revenu de tout, fier de ne croire à rien d’autre qu’à son propre pouvoir. Une confuse volonté de puissance le pousse à obéir à ses seuls désirs, à dominer la nature à sa guise, à ne reconnaître aucune référence qui déborderait sa vision unidimensionnelle et close. Il s’attribue des valeurs définies par lui-même. Au fond de lui, ayant coupé les liens qui le relient à une mémoire et à une transcendance, il est terriblement angoissé, parce que terriblement seul au sein de l’univers vivant. Il se complaît dans une espèce de relativisme qui dégénère souvent en cynisme ou en nihilisme. (pp. 153-154)

La liberté, certains sont persuadés qu’elle serait forcément diminuée, piétinée par toute idée de transcendance. Ils placent leur dignité dans l’autonomie de l’individu : à leurs yeux rien de doit être au-dessus, ni au-delà ! Selon leur vision, l’univers n’étant que matière ignorerait sa propre existence. Avec toute l’admiration que j’ai pour ceux d’entre eux qui sont de grands esprits, je leurs réponds : “Ainsi donc, ce formidable avènement du monde aurait eu lieu et aurait duré de bout en bout des milliards d’années sans jamais le savoir ? Et vous qui êtes là, durant votre infime existence — un laps de temps de quelques secondes à l’aune de l’univers, vous aurez vu et su, et vous vous permettez de déclarer avant de disparaître : ‘il n’y a rien’ ! Comment se fait-il alors que cette poussière, si ignorante et inerte, ait été capable d’engendrer des êtres aussi superbes que vous, qui traitez de haut ce qui n’est rien moins que votre origine, en la prenant comme simple objet d’analyse ? Il me semble qu’il y a là une faille dans cette raison close trop sûre d’elle-même, qui refuse d’aller jusqu’au bout de son raisonnement. Une vraie transcendance reliant notre destin à une destinée transcendante plus vaste, loin d’amoindrir nos valeurs ou nos mérites, nous grandit. Elle est l’Ouvert.” (pp. 182-183)

Cheng, F. (2016). De l’âme. Paris : Albin Michel.