Archives de catégorie : Citations

L’objet de désir de la connaissance objective : situation

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ce que j’appelle “réel, monde, univers, être” dans ce schéma peut aussi s’appeler un “en dehors de l’esprit” (Klein, 2018, p. 35). Klein permet de préciser : “si l’on admet qu’il existe bel et bien un ‘en dehors de l’esprit'” (p. 35). Sinon, il faut effacer la frontière qui sépare l’expérience du réel et l’étiquette du réel du schéma. Mais on ne peut pas effacer le reflet de la lumière, voilà une expérience frappante qui prouve au moins que l’expérience n’est pas équivalente à l’exercice de sa volonté, et qu’on peut sensément appeler “réel” ce qui est dans mon expérience et qui n’obéit pas à ma volonté. C’est cette frontière, entre ce qui se produit dans mon expérience conformément à ma volonté et ce qui s’y produit qui n’est pas conforme à ma volonté, qui est intéressante pour la psychologie : quoi d’autre que moi commande à cette seconde classe d’expériences — ce qui n’est pas la même chose que “comment est cette commande ?” (théorie explicative/descriptive parce que décrire = expliquer).

J’appelle aussi expérience “expérience consciente” — il n’y a pas d’expérience inconsciente soyons clairs.

Qu’est-ce qui empêche que le réel-monde-univers-être soit, lui aussi, une expérience, laquelle demande à être dans un réel-monde-univers-être etc. la régression à l’infini ? Intéressons-nous sinon d’abord, du moins aussi, à notre expérience, au moins cela nous permettra-t-il d’être seul puisque nous serons notre propre interlocuteur.

On pourrait proposer que si un homme ou une femme est un homme ou une femme de connaissance, c’est qu’il ou qu’elle s’adresse à la source des phénomènes qui l’intéressent — sinon à qui ou à quoi poserait-il ou poserait-elle ses questions ? (On ne peut pas apprendre de soi-même seulement.)

Karl Popper sur les critères de la valeur intellectuelle

Voici bien des années déjà, j’avais l’habitude de mettre mes étudiants en garde contre l’idée largement répandue que l’on va à l’université pour apprendre comment parler et écrire de manière impressionnante et incompréhensible. A l’époque, de nombreux étudiants venaient à l’université avec ce but ridicule en tête, particulièrement en Allemagne1. Et la plupart de ces étudiants qui, durant leurs études universitaires, pénètrent un climat intellectuel qui accepte ce genre de critère de valeur — peut-être sous l’influence de professeurs qui en leur temps ont été sélectionnés dans un climat similaire — sont perdus.

Inconsciemment, ils apprennent et acceptent qu’un langage fortement impressionnant et difficile est la valeur intellectuelle par excellence. Il y a peu d’espoir qu’ils comprennent jamais qu’ils se trompent ; ni qu’ils se rendent compte qu’il y a d’autres critères et d’autres valeurs : des valeurs telles que la vérité ; la recherche de vérité ; l’approche de la vérité par l’élimination critique des erreurs ; et la clarté. Pas plus ne découvriront-ils que le modèle de l’impressionnante incompréhensibilité s’oppose radicalement à ceux de la vérité et de la critique rationnelle. Car ces dernières valeurs dépendent de la clarté. On ne peut distinguer le vrai du faux, ni distinguer une réponse adéquate à un problème d’une réponse non pertinente, ni distinguer de bonnes idées d’idées banales, on ne peut évaluer des idées de manière critique, si ce n’est lorsqu’elles sont présentées avec suffisamment de clarté. Mais pour ceux qui ont été élevés dans l’admiration implicite de l’opacité brillante et impressionnante, tout ceci (tout ce que j’ai dit ici) sera au mieux un discours impressionnant : ils ne connaissent pas d’autres valeurs.

Ainsi naquit le culte de l’incompréhensibilité, le culte du langage qui sonne haut et qui frappe. Cela s’amplifia avec le formalisme mathématique, impressionnant et impénétrable pour le profane. Je suggère que dans certains des plus ambitieux domaines des sciences sociales et de la philosophie, et tout particulièrement en Allemagne, le jeu le plus fréquent, devenu généralement le modèle inconscient et tu, est de formuler les pires trivialités en de pompeux discours. Ceux dont l’éducation s’est abreuvée à cette source ont l’habitude, lorsqu’ils sont confrontés à un livre écrit simplement, mais qui contient une controverse ou quelque chose d’inattendu ou de nouveau, de trouver qu’il est difficile voire impossible d’y rien comprendre. Car ce n’est pas conforme à l’idée qu’ils se font de la “compréhension”, laquelle implique pour eux un accord. Qu’il puisse y avoir des idées importantes, qui valent qu’on les comprenne, et avec lesquelles on ne peut, sur le champ, être d’accord ou pas d’accord est pour eux incompréhensible.

Popper, K. R. (1979). Raison ou révolution ? In T. Adorno & K. Popper (Eds.). De Vienne à Francfort : la querelle allemande des sciences sociales (pp. 237-247). Bruxelles : Editions Complexes. (Original publié en allemand, 1969)

Voir aussi Arendt (1958), Jacquard (1998), Valéry (1946).

  1. Note de SV : cf. le contexte de la tentative avortée d’une controverse critique rationnelle à propos de la sociologie d’Adorno et de Habermas. []

Dennis E. Taylor sur l’argumentation en démocratie représentative

Nous sommes en meilleure posture à présent en tant qu’espèce qu’il y a quelques années. Nous sommes répartis dans deux systèmes planétaires, mais ce serait encore mieux dans trois ou dans quatre. Toutes choses égales par ailleurs, allons au moins dans trois. Le défi pour le représentant de l’île de Vancouver, et mes autres contradicteurs, est de prouver en quoi les choses ne sont pas égales, et sans faire usage d’arguments erronés. (p. 51)

Taylor, D. E. (2018). Nous sommes Bob. Tome 2 : nous sommes nombreux. Paris. Bragelonne.

Hannah Arendt sur totalitarisme et vérité

The ideal subject of totalitarian rule [which claims that “it goes to the sources of authority” (p. 461)] is not the convinced Nazi or the convinced Communist, but people for whom the distinction between fact and fiction (i.e., the reality of experience) and the distinction between true and false (i.e., the standards of thought) no longer exist. (p. 474)

Arendt, H. (1958). The origins of totalitarianism. Cleveland and New York: Meridian Book.

Voir aussi Popper (1969/1979), Valéry (1946).

Patrick Tort sur la mathématisation des sciences humaines

La mathématisation des sciences humaines non seulement ne produit par elle-même aucune pensée, mais entérine parfois le triomphe de modélisations fondées sur l’arbitraire. Ce n’est pas ainsi que se construit une science et qu’elle occupe son champ. (p. 40)

Tort, P. (2016). Qu’est-ce que le matérialisme ? Introduction à l’Analyse des complexes discursifs. Paris : Belin.

Voir aussi Jacquard (1988).

Etienne Klein sur identité et changement

De deux choses l’une : ou bien l’être ou l’objet particulier dont on dit qu’il change demeure un et le même, et alors il n’a pas changé ; ou bien il a vraiment changé, et alors on ne peut plus dire qu’il est un et le même. Il y a comme une incompatibilité de principe entre l’identité et le changement. (p. 101)

Klein, E. (2016). Le facteur temps ne sonne jamais deux fois. Paris : Flammarion. (Première éd. 2007)

George Bernanos sur les notes scolaires

Elles [les notes de l’abbé Donissan au séminaire] sont médiocres, franchement médiocres, mais Dieu sait dans quel sens, et si c’est la médiocrité de l’élève qu’elles prouvent, ou du maître ! (99-100)

Bernanos (1926/2008). Sous le ciel de Satan. Paris: Gallimard.

Voir aussi Valéry (1935/2012).

Albert Jacquard sur les mathématiques cache-misère

Trop souvent les mathématiques sont … utilisées comme un cache-misère conceptuel. Lorsque l’on ne sait pas trop bien de quoi on parle, il est tentant, pour faire illusion et camoufler le flou de la pensée, de représenter sans le définir l’objet du discours par un symbole, et d’introduire ce symbole dans quelques équations. Plus ces équations sont compliquées, plus elles feront appel à des dérivées secondes ou à des intégrales, plus le tour de passe-passe sera réussi. Cette débauche de moyens édifie une façade de scientificité qui décourage la critique. (p. 86)

Jacquard, A. (1998). L’équation du nénuphar : les plaisirs de la science. Paris : Calmann-Lévy.

Voir aussi Tort (2016).

Thomas Mergel sur l’employabilité

Le processus de Bologne a instauré le concept d’employabilité. Il s’agit d’une approche extrêmement utilitariste de la formation universitaire. Pour ma part je la considère comme totalement dépassée. Le monde professionnel et les métiers eux-mêmes évoluent si vite que nos formations n’arriveront jamais à coller à ces besoins spécifiques. Beaucoup d’entreprises, en particulier dans les domaines techniques, ont déjà mis en place des formations complémentaires, adaptées à leurs besoins et destinées aux jeunes diplômés. Et ça, je pense que c’est la bonne solution. Jamais l’université ne sera capable de profiler les étudiants selon les critères des entreprises, que ce soit en sciences humaines ou en ingénierie. La notion d’employabilité est une aberration car en plus de nuire à la qualité des enseignements, elle n’apporte rien aux étudiants. (35:54)

In Viallet, J.-R. (2016). Etudiants, l’avenir à crédit.

Christian Laval sur le capital humain

Le capital humain c’est quoi ? C’est le fait qu’on considère qu’un individu dispose d’un stock de compétences et de connaissances valorisables sur le marché et qui a donc une rentabilité. L’ensemble de la formation et en particulier de la formation universitaire doit consister à accroître à augmenter ce capital personnel ; et donc on suppose par là que la connaissance fait partie du capital humain et va donner des revenus. Il serait donc légitime de demander à l’individu lui-même de financer la formation de ce capital et pour cela de s’endetter. Il y a donc un rapport entre le coût des études et ce que les études sont censées rapporter. Mais vous voyez que, finalement dans cette logique, la connaissance n’a plus qu’une valeur économique. Et cette valeur économique elle est censée discipliner l’étudiant. C’est-à-dire qu’on suppose, désormais, que l’étudiant suivra d’autant plus assidûment ses études, qu’il sera d’autant plus sérieux, qu’il aura payé cher. On a tout réduit, dans cette logique-là, à la dimension de la marchandise. (31:25)

In Viallet, J.-R. (2016). Etudiants, l’avenir à crédit.

George Canguilhem sur science et technique en psychologie

Nous ne nous plaçons pas, cela va de soi, sur le terrain des capacités et de la technique. Qu’il y ait de bons ou de mauvais psychologues, c’est-à-dire des techniciens habiles après apprentissage ou malfaisants par sottise non sanctionnée par la loi, ce n’est pas la question. La question c’est qu’une science, ou une technique scientifique ne contiennent d’elles-mêmes aucune idée qui leur confère leur sens. Dans son Introduction à la Psychologie, Paul Guillaume a fait la psychologie de l’homme soumis à une épreuve de test. Le testé se défend contre une telle investigation, il craint qu’on n’exerce sur lui une action. Guillaume voit dans cet état d’esprit une reconnaissance implicite de l’efficacité du test. Mais on pourrait y voir aussi bien un embryon de psychologie du testeur. La défense du testé c’est la répugnance à se voir traité comme un insecte, par un homme à qui il ne reconnaît aucune autorité pour lui dire ce qu’il est et ce qu’il doit faire. (p. à compléter)

Canguilhem, G. (1958). Qu’est-ce que la psychologie ? Revue de Métaphysique et de Morale, 1, 12-25.