Archives de catégorie : Conclusions

La psychologie est-elle une science ?

La réponse dépend d’un point de positionnement éthique. Car de deux choses l’une : soit on accepte que telle ou telle personne susceptible de faire l’objet de la psychologie soit une chose, car il faut bien qu’une science empirique1 soit une science de quelque chose.

Ou bien on refuse que cette personne soit traitée comme une chose, ou seulement du bout de la pensée parce que, conformément à l’exigence de Simone Weil (1957), la personne est sacrée, et alors elle échappe à la démarche scientifique2 ; et dans cette échappée, la personne comme objet de pensée peut devenir, éventuellement, objet d’émerveillement.

Et qu’on ne raconte pas que la psychanalyse échappe au problème de la vérité de son savoir en appelant sa chose le sujet ; je ne vois pas que Freud ou Lacan par exemple se soient privés de considérer les sujets comme des choses3.

Il se peut qu’une psychologie scientifique se soit édifiée de telle manière que, pour éviter de se faire taper sur les doigts par les sages (s’il en est mais pourquoi pas), elle se contente de légers emprunts humains pour parler de personne, c’est-à-dire d’une personne universelle qui n’existe pas. Dans ce cas, cette psychologie n’est pas une science4.

Référence

Weil, S. (1957). Écrits de Londres. Paris : Gallimard.

  1. et la psychologie,si elle était une science, ne saurait pas ne pas être empirique []
  2. qui a pour condition nécessaire d’avoir un objet qui doit pouvoir être soumis à des tests parce qu’elle connaît par analyse ; comme ce qu’il y a de sacré dans la personne est non pas sa singularité (chaque herbe d’une prairie est singulière) mais ce qu’on appelle son âme, et comme l’âme n’implique aucune impossibilité, l’âme ne saurait permettre un apprentissage scientifique []
  3. ne sommes-nous pas, en psychanalyse, des choses vivantes aux prises de l’inconscient ou du langage? []
  4. Remarque pratique : si c’est l’autre qui façonne ce que nous sommes en tant que non-choses, il s’agirait plutôt, en psychologie, de déterminer ce que nous aimons en l’autre — lire un peu Levinas peut valoir la peine. []

Sur possibilité et vérité

Une possibilité ne peut être vraie — elle peut exister ou ne pas exister (ici, être = exister) et si elle existe, elle peut s’actualiser ou ne pas s’actualiser. Et qu’une possibilité existe est une phrase vraie ou fausse. De la même manière, une possibilité ne peut pas être fausse.

Il n’y a que les phrases qui peuvent être vraies ou fausses. Encore existe-il peut-être des phrases qui ne sont ni vraies ni fausses : je ne vois pas à quel titre toute phrase devrait être vraie ou fausse (ou pourquoi une phrase ni vraie ni fausse ne pourrait pas exister).

Sur la connerie (ou la bêtise)

Qu’est-ce qu’être con ? Etre un  « agent supposé ‘myope’ et disposer uniquement d’une rationalité adaptative » — tiré de Individualisme méthodologique (Wikipedia, à propos de la théorie des jeux évolutionnistes). Comme on est tous « myope » — au sens de l’ignorance dont nous sommes affectés concernant ce qui se passe — la connerie c’est l’égoïsme. La théorie des jeux évolutionnistes a-t-elle été essayée en partant de la générosité comme méta-but stratégique ?

Empirical vs. mathematical measurement

Mathematical measurement, i.e. the concept of a measurable function, and hence, the concept of probability, are not empirical issues. The measurement issue in empirical sciences is empirical, as it matters with theory and the world as far as we can name it, or with experience if one does not want to engage in metaphysical ontology. It follows that one cannot consistently claim that the mathematical meaning of the word « measurement » suffices to enable one to juge whether empirical measurement has been achieved in a given area of observables; as what is needed is empirical testing, not only definitions. Use at least one testable theory of measurement before claiming that measurement has been achived in a certain psychological area. (See here for an example of a testable theory of measurement, and my comment on Stevens’ approach to measurement here).

date: 2017/12/28.