Archives de catégorie : définition

Sur la vérification (essai de clarification)

La vérité peut s’entendre comme une sorte de solipsisme, comme dans la phrase “c’est MA vérité” (voir par exemple ce témoignage, minute 3:30). Il suffit de s’appuyer sur le vocabulaire : le vécu, le ressenti, l’expérience, l’éprouvé, la vérité, sont des termes qui ne désignent pas forcément la même chose. La vérité n’est pas nécessairement conditionnée par mon expérience. Si j’appelle vrai ce qui est, j’admets la vérité tout en reconnaissant que je ne la connais pas entièrement parce que je ne connais pas entièrement ce qui est. J’admets qu’il n’y a pas coïncidence entre mon expérience et la vérité ou encore ce qui est. La recherche de la vérité constitue, à mes yeux, une direction du cœur, un peu comme la direction que suivent les saumons qui, d’instinct, remontent le courant.

Sommes-nous semblables ou différents quant à la nécessité dans laquelle nous nous trouvons de chercher la vérité ? Je propose un sondage pour voir un peu la distribution des positionnements.

Si nous admettons la nécessité de la vérité, au moins au titre d’une nécessaire convention pour harmoniser nos existences respectives, nous pouvons distinguer différentes espèces de vérité. Je distingue la vérité logique et la vérité empirique.

Voici un exemple de vérité empirique : la vérité du résultat d’un comptage.

Extrait de 29 mars 2022, la ruche parle aux abeilles, controlecitoyenelection.com.

Test d’accréditation d’une revue scientifique

Je propose de discuter de l’opportunité de la convention suivante. Une revue scientifique est réputée crédible, c’est-à-dire “accréditée” dans le langage administratif, si tous les auteurs et tous les pairs qui évaluent les articles soumis à publication, y compris l’éditeur de la revue et les membres de son comité scientifique, on accepté ces normes déontologiques.

Si au moins une des personnes ci-dessus désignées n’a pas approuvé ces normes, alors la revue n’est pas crédible donc pas accréditée.

En pratique, on peut évaluer la crédibilité de la revue par la proportion d’approbations, c’est-à-dire le nombre d’approbations enregistrées, rapporté au nombre de collaborateurs que compte la revue. Ainsi, la crédibilité de la revue est évaluée sur une échelle numérique variant de 0 (crédibilité nulle) à 1 (crédibilité de la revue). Toute valeur inférieure à 1 indique un défaut de crédibilité, c’est-à-dire une situation actuellement insatisfaisante.

Par conséquent, un énoncé de validation de la crédibilité scientifique d’une revue, fondé sur une statistique jugée “satisfaisante” par une convention du type

satisfaisant = (statistique > .70)

peut logiquement être considéré comme de la publicité mensongère ; et l’accréditation qui lui est éventuellement associée comme erronée.

Erreur de catégorie

Définition. Une erreur de catégorie est un amalgame (de catégories) ou un non-discernement (entre catégories distinctes).

Paul – Je suis d’accord pour manger une pomme par jour.

Julie – Alors pourquoi, aujourd’hui, refuses-tu de manger une orange ?

Paul – Argument inopposable, pomme et orange sont deux catégories (disjointes, c’est-à-dire qu’il n’existe pas de pomme-orange).

Julie – Ah oui pardon. J’ai fait une « erreur de catégorie », la règle “manger une pomme par jour” ne s’applique qu’aux pommes, qui ne sont pas des oranges, donc elle ne s’applique pas aux oranges.

Exercices d’application : trouver l’erreur de catégorie.

1.  Extrait du Doctothon 2, vers la minute 2h38

Remarque. Il est toujours possible de questionner la définition d’une catégorie. Par exemple,  Wikipedia fournit  une définition de la notion de “vaccin” qui inclut l’ARN messager, laquelle mentionne aussi la notion de “vaccin homologué”, celle-ci suggérant alors la catégorie de “vaccin non-homologué”.

2. Extrait de Laurent Toubiana est l’invité d’Éric Morillot dans Les Incorrectibles, vers la minute 4:30

3. Extrait de “Sur l’exemplarité du monde académique face à la catastrophe écologique

Remarques. “axiologique” signifie qui relève des valeurs (lesquelles ressortent de l’éthique, selon moi), à commencer par ce qui est bon, vrai, désirable, etc. ; “émétique” signifie “vomitif”, qui fait vomir.