Archives par étiquette : controverse

Règles du jeu de la controverse critique et rationnelle (ou de la responsabilité intellectuelle)

A) Quelles règles, les moins nombreuses possible, sont nécessaires pour la controverse critique et rationnelle ? B) Comment parvenir à un accord sur ces règles ?

A) Pendant la controverse, dans la recherche de la vérité scientifique1, je m’engage à :

  1. ne pas mentir (bonne foi, honnêteté, chercher à dire vrai),
  2. respecter la vérité empirique (par exemple, ne pas l’ignorer lorsque je peux la connaître),
  3. respecter la vérité logique (par exemple, ne pas accepter deux propositions contradictoires),
  4. ne pas confondre ce qui est sacré en chacun de nous et le discours de chacun, qui n’est pas sacré (ce qui implique qu’on ne doit pas craindre que contester la vérité du discours d’autrui nous soit reproché comme une offense ou un manque de respect à son encontre),
  5. face à une demande de positionnement, me positionner (quitte à opter pour la “position tierce” si je refuse les termes du choix),
  6. dans le contexte de la controverse, accepter la publicité de tous mes positionnements (qui sont en jeu dans la discussion),
  7. honorer mes partenaires de controverse.

B) Une des buts premiers de la diplomatie est qu’une bienveillance minimale s’installe entre les participants — cf. la notion de fairplay pour le jeu ou le sport. Cette bienveillance minimale comprend la tolérance à l’égard de la faillibilité de quiconque (soi comme autrui). Si quelqu’un refuse d’avoir tort, alors il est inutile de défendre un point de vue contradictoire. De plus, c’est par la détection de l’erreur que l’apprentissage peut avoir lieu. La blessure égotique infligée par l’erreur publiquement détectée, joue le rôle du sacrifice qu’il faut consentir dans la recherche impeccable de vérité — sacrifier nos illusions.

Supposons que la personne à qui sont soumises les règles précédentes, craigne d’être trompée et refuse de les considérer. Alors une discussion sérieuse me semble impossible et il est inutile voire risqué d’essayer de discuter.  Pour éviter le blocage défensif ou, peut-être, d’emblée à titre préventif, on peut essayer d’établir la convention2 suivante : chacun, lors de la phase diplomatique de la controverse, peut exiger que le nombre de règles qu’il aura introduites avec le consentement unanime, soit au plus égal au nombre de règles que chacun aura introduit avec le consentement unanime.

Cette approche n’est pas radicalement minimaliste car elle tient compte de l’égalitarisme comptable (tous traités de la même façon) qui règne aujourd’hui en guise “d’opérationnalisation” de l’idée de justice. Une telle convention pourrait tenir lieu de preuve vérifiable de bonne volonté.

  1. qui comprend au moins la vérité logique et la vérité empirique []
  2. à l’unanimité, sens strict par défaut []

Dennis E. Taylor sur l’argumentation en démocratie représentative

Nous sommes en meilleure posture à présent en tant qu’espèce qu’il y a quelques années. Nous sommes répartis dans deux systèmes planétaires, mais ce serait encore mieux dans trois ou dans quatre. Toutes choses égales par ailleurs, allons au moins dans trois. Le défi pour le représentant de l’île de Vancouver, et mes autres contradicteurs, est de prouver en quoi les choses ne sont pas égales, et sans faire usage d’arguments erronés. (p. 51)

Taylor, D. E. (2018). Nous sommes Bob. Tome 2 : nous sommes nombreux. Paris. Bragelonne.

Jean-Michel Salanskis sur l’enseignement universitaire

Connaître un sujet sous l’angle de la recherche, en effet, c’est le connaître du point de vue de ce qui reste à interroger dans le domaine en cause, de ce qui est ouvert et donne matière à controverse dans le savoir. Impossible de “chercher” sans entretenir un rapport essentiel avec l’instabilité foncière de la connaissance, avec la vacillation du dogme. Mais si l’enseignant enseigne cela, s’il enseigne que nous ne savons pas, ne faut-il pas dire, rigoureusement, qu’il n’enseigne plus, introduisant à des perplexités plutôt que transmettant des connaissances ? (pp. 50-51)

Salanskis, J.-M. (2009). Vivre avec les mathématiques. Paris : Seuil.