Archives par étiquette : croyance

La notion d’accord selon Miguel Angel Ruiz

Nous n’avons pas choisi la plus infime des choses à laquelle nous avons donné notre accord. Nous n’avons même pas choisi notre nom.

Enfants, nous n’avons pas eu la possibilité de choisir nos croyances, mais nous avons donné notre accord à l’information qui nous était transmise sur le rêve de la planète1. La seule façon de conserver de l’information, c’est d’être d’accord avec elle. Le rêve de la planète peut capter notre attention, mais si nous ne sommes pas d’accord, nous ne retenons pas cette information. Du moment que nous sommes d’accord, nous croyons : c’est ce qu’on appelle la foi. Avoir la foi signifie croire sans condition.

Voilà comment on apprend quand on est enfant. Nous croyons tout ce que les adultes nous disent. Nous sommes d’accord avec eux, et notre foi est si forte que le système de croyance contrôle tout le rêve de notre vie. Nous n’avons pas choisi ces croyances, et nous pouvons même nous rebeller contre elles, mais nous ne sommes pas assez forts pour réussir cette rébellion. Il en résulte une soumission aux croyances, avec notre accord.

J’appelle cela le processus de domestication des humains. (p. 28)

Ruiz, M. A. (2016). Les quatre accords toltèques. La voie de la liberté personnelle. Chêne-Bourg/Genève : Jouvence. (Edition originale 1997)

  1. Le rêve de la planète comprend toutes les règles de la société, ses croyances, ses lois, ses religions, ses différentes cultures et modes de vie, ses gouvernements, ses écoles, ses événements sociaux, et ses jours fériés (p. 26). []

Sur l’optimisme (et l’estime de soi)

Pour croire en moi, je dois croire en l’humanité. Car si je ne crois pas en l’humanité, je ne crois pas en moi (j’en fais partie). Par conséquent, si on veut mesurer l’optimisme des gens, il faut mesurer leur foi en l’humanité.

Ce qui est important, ce n’est pas l’estimation, et donc pas ce que la psychologie a fabriqué qu’on appelle « estime de soi ». L’école nous estime, merci on voit ce que ça donne… Ce qui compte c’est croire en soi. Les verbes estimer et croire ne sont pas synonymes.

Alain sur la pensée critique

[…] et penser, selon mon opinion, c’est toujours dans le premier moment faire non de la tête, et même fermer les yeux à l’évidence, comme on dit, afin de se donner le temps de la réflexion. D’où il suit que les penseurs passent aisément pour des obstinés et des négateurs.
Contrariants aussi, en ce sens qu’ils nient volontiers, et d’abord sans autre raison, ce que les moutons de doctrine se mettent à bêler tous ensemble, avec le souci de se mettre bien d’accord. (p. 140)

Alain. (1956). Propos. Paris : Gallimard.

Voir aussi Lumsden (1973), Michell (2004), Rozeboom (1984).

 

John Venn on probability and ignorance

For bearing in mind that the employment of Probability postulates ignorance of the single event, it is not easy to see how we are to justify any other opinion or statement about the single event than a confession of such ignorance. (p. 142)

Venn, J. (2007). The logic of chance. Mineola, NY: Dover (3d ed. 1888).

William W. Rozeboom on critical thinking

Informal data interpretation in everyday life—that is, our intuitive inferences from whatever beliefs we momentarily feel pretty sure of—is something we do so repeatedly with so little conscious effort that it takes considerable critical expertise to appreciate just how modest is the degree of confidence these conclusions usually warrant. (p. 207)

Rozeboom, W. W. (1984). Dispositions do explain: Picking up the pieces after hurricane Walter. In J. Royce, & L. Mos (Eds.), Annals of theoretical psychology, Vol. 1 (pp. 205-223). New York: Plenum.
Voir aussi Alain (1956), Lumsden (1973), Michell (2004).