Archives par étiquette : école

Une organisation sociale sobre et juste : appel au bon sens

Rêvons pour savoir ce que nous voulons à la place du monde d’avant. Le pays se réorganise autour d’un programme politique de bon sens : profiter du coma économique créé par le confinement pour instaurer le salaire à vie et un régime général de discrétion écologique. Parce que la survie des humains suppose qu’ils se calment massivement et durablement (si on objecte que tout travail mérite salaire, être calme est un énorme travail).

Les élites intellectuelles du pays sont plébiscitées pour piloter le grand changement vers la vie calme. La liberté d’entreprendre se déploie dorénavant dans un espace où le droit sert non plus la domination des addictés du pouvoir (dont la psychologie est évaluée comme dangereuse pour autrui), mais le respect des équilibres écologiques. L’institutionnalisation d’un plancher et d’un plafond des revenus (impliquant une surveillance économique légitime) a permis d’éradiquer l’aliénation des humains par l’Emploi.

On s’aperçoit qu’une immense majorité d’humains sont paisibles et s’entraident. L’école vise le développement d’un art de vivre centré sur le bonheur d’être vivant dans le vivant. Les écoliers de tous âges construisent le sens de leur utilité sociale en accord avec le sens de leur intelligence (notamment, cette forme d’intelligence qui consiste à connaître son propre pouvoir de nuisance pour le civiliser). 

Les puissants sont aussi surveillés et l’acceptent parce qu’ils savent que « le pouvoir rend fou ». L’idée de surveillance a été retournée comme peau de lapin : la surveillance n’est plus une arme pour intimider les petites gens, elle est devenue vigilance citoyenne pour prémunir le collectif contre la corruption. Ainsi, les recettes et les dépenses de tous sont devenues des informations publiques. La banque et la monnaie ont été rénovées : la monnaie est faite pour faciliter les échanges de biens utiles, le crédit est devenu un acte public de confiance du collectif (qui est le propriétaire de l’institution Monnaie) vis-à-vis de l’emprunteur. La propriété et l’héritage ont aussi été rénovés, pour empêcher par exemple que des maisons, occupées 15 jours par an par leurs ‘propriétaires,’ soient inutilisables le reste du temps par ceux qui ont besoin de vivre quelque part.

Retour à la réalité : des femmes et des hommes sont-ils prêts à coloniser leurs territoires pour expérimenter de nouveaux modes de vie collectivement responsables ? Nous avons appris à limiter nos libertés de déplacement. Puisse la conscience continuer d’alimenter notre bon sens, notre courage et notre amour.

 

47a. Évaluation scolaire et excellence

Si on y réfléchit, on découvre que l’école de la cinquième république apprend à une grande majorité de ses élèves qu’ils ne sont pas excellents. C’est de mon point de vue une catastrophe psychologique et une perfidie sociale.

1. Les élèves, en grande majorité, ne sont pas excellents

L’école et l’université définissent l’excellence par les notes supérieures ou égales à 17/20. Dans sa carrière scolaire, de la sixième à la terminale, un élève est évalué environ 220 fois, si on admet qu’il est noté une fois par semaine et qu’une année scolaire comprend 32 semaines qui font 32 × 7 = 224 occasions d’être évalué.

Seule une minuscule minorité d’élèves est concernée par la possibilité de l’excellence, i.e., par la possibilité d’obtenir des notes constamment excellentes. Résultat, l’élève moyen n’est pas excellent. Le message est indolore, répétitif, objectif.

2. L’apprentissage de la non-excellence est une catastrophe psychologique

Un élève qui arrive à l’université a appris à ne pas exiger de lui-même l’excellence. Mais il y a pire : il a appris à ne pas prendre au sérieux la possibilité de surmonter l’obstacle que lui oppose le discours savant. Les mots et les phrases qui n’ont pas de sens pour lui ne sont pas des montagnes à gravir, dont il faudrait connaître la topologie pour apprendre à en atteindre les sommets, d’où embrasser un massif du regard ; les mots sont des éléments de discours qu’il faut manier en recherchant un verdict d’acceptabilité (il faut avoir au moins 10/20) — il s’agit d’être l’agent d’un transport. Or la dissémination d’un discours partout où il puisse être entendu nécessite des agents de transport et disséminer un discours n’est pas élaborer un discours — pouvoir d’élaboration qui devrait être un signe d’humanité.

La mise en question de la vérité du discours universitaire est une possibilité qui a presque disparu du monde des possibilités de l’étudiant-ancien-élève-du-lycée-collège, parce que mettre en question le discours académique, c’est explorer ; or il n’a aucune idée de ce que peut être une telle exploration du savoir — on appelle aussi cela « penser ». Il est même possible que l’étudiant ainsi scolairement préparé ait acquis la conviction que la vérité n’existe pas ou, s’il admet qu’elle existe, que son destin n’est pas de l’atteindre et alors pourquoi vouloir la chercher.

3. L’apprentissage de la non-excellence est une perfidie sociale

L’apprentissage de la non-excellence, qui consiste à accepter la normalité d’une position subordonnée dans l’échelle de valeurs de la valeur intellectuelle, a une fonction sociale : c’est que d’une part, l’élite, qui est définie par la possession du pouvoir, est une (minuscule) minorité et, d’autre part, qu’il faut bien qu’il existe une élite. CQFD : l’élève a appris qu’il n’a pas à revendiquer l’exercice du pouvoir parce qu’il n’appartient pas à la catégorie des gens excellents.

Il peut même cultiver l’idée que le pouvoir lui échappe à proportion de sa valeur, tout comme lui échappent la vérité et l’argent. Et comme il n’explore pas ce que sont le pouvoir, la vérité ou l’argent, il peut même se démontrer à lui-même que tout cela est en ordre.

4. À quoi et à qui doit servir l’École ?

Il ne s’agit pas de rejeter l’évaluation scolaire mais de réfléchir à l’utilité qu’on lui confère. Dans une société qui rend possible qu’aucun homme ne doive ses conditions minimales d’existence à l’aliénation de son « capital humain » (voir Laval, 2016) à un capitalisme qui s’est approprié l’argent, l’École pourrait servir à permettre à qui le souhaite de découvrir ce en quoi il excelle (pour le bonheur de l’humanité tout entière).

Voir aussi Salanskis (2009).

Cite this article as: Stéphane Vautier, "47a. Évaluation scolaire et excellence", in Épistémologie de la psychologie, 29/10/2017, https://epistemo.hypotheses.org/4738.