Archives par étiquette : empirie

Sur empirisme, psychanalyse, écoute et temps

Soyons empiriques : si la psychanalyse marche, c’est-à-dire s’il se trouve que la majorité de ses pratiquants défend sa psychanalyse, ce n’est pas parce que telle ou telle théorie psychanalytique est vraie, c’est parce qu’on les écoute.

D’où, abductivement, la possibilité que (i) on ait tous besoin d’être écouté et que (ii) on ne soit pas assez écouté — sinon ça ne ferait pas du bien d’être écouté. Un truc qui corrobore : être écouté implique avoir du temps donc pas de temps implique ne pas être écouté ; or le temps manque.

D’où une préconisation de santé psychologique : prendre du temps. Corollaire politique : fabriquer le droit de chacun à disposer de soi (puisqu’on ne peut pas agir sur le temps, par exemple en le ralentissant).

2018-04-11.

Karl R. Popper on conjecturing

A scientist, whether theorist or experimenter, puts forwards statements, or systems of statements, and tests them step by step. In the field of empirical sciences, more particularly, he constructs hypotheses, or systems of theories, and tests them against experience by observation and experiment. (p. 3)

Popper, K. R. (1959). The logic of scientific discovery. Oxford England: Basic Books. (Original published 1934)

Michel Bitbol sur la scientificité

[…] les sciences ne tirent pas leur part de certitude d’un accès aux (hypothétiques) propriétés intrinsèques des choses, mais d’une maîtrise des conditions d’établissement de relations entre des phénomènes eux-mêmes relatifs aux formes de connaissances. (p. 11)

Bitbol, M. (2010). De l’intérieur du monde. Pour une philosophie et une science des relations. Paris : Flammarion.

Isabelle Stengers sur empirisme et subversion

Bientôt peut-être, certaines revues scientifiques énonceront-elles, en tant que règle officielle, qu’elles n’acceptent plus de publier que les « bons » faits, ceux qu’une théorie plausible autorise. L’empirisme est mort, certes, mais au nom de cette mort, c’est peut-être ce que l’empirique pouvait conserver de puissance subversive qui sera bientôt, non plus par les mœurs, mais par les lois explicites de la cité scientifique, contraint de disparaître. (p. 11)

Stengers, I. (1991). Introduction. In I. Stengers, & J. Schlanger (Eds.), Les concepts scientifiques (pp. 9-28). Paris : Gallimard (1ère éd. 1988).

Kurt Danziger à propos des faits psychologiques

But in truth scientific psychology does not deal in natural objects. It deals in test scores, rating scales, response distributions, serial lists, and innumerable other items that the investigator does not find but constructs with great care. Whatever guesses are made about the natural world are totally constrained by this world of artifacts. (p. 2)

Danziger, K. (1990). Constructing the subject: Historical origins of psychological research. Cambridge, UK: Cambridge University Press.

Voir aussi Feyerabend (1979), Hanson (1958/2010), Popper (2006), Searle (1995).

Gilles-Gaston Granger sur scientificité et mathématisation

La connaissance scientifique de ce qui relève de l’expérience consiste toujours à construire des schémas ou modèles abstraits de cette expérience, et à exploiter, au moyen de la logique et des mathématiques, les relations entre les éléments abstraits de ces modèles, de façon à en déduire finalement des propriétés correspondant avec suffisamment de précision à des propriétés empiriques directement observables. (p. 70)

Granger, G.-G. (1995). La science et les sciences (2e éd. corrigée). Paris : Presses Universitaires de France.