Archives par étiquette : éthique

George Canguilhem sur science et technique en psychologie

Nous ne nous plaçons pas, cela va de soi, sur le terrain des capacités et de la technique. Qu’il y ait de bons ou de mauvais psychologues, c’est-à-dire des techniciens habiles après apprentissage ou malfaisants par sottise non sanctionnée par la loi, ce n’est pas la question. La question c’est qu’une science, ou une technique scientifique ne contiennent d’elles-mêmes aucune idée qui leur confère leur sens. Dans son Introduction à la Psychologie, Paul Guillaume a fait la psychologie de l’homme soumis à une épreuve de test. Le testé se défend contre une telle investigation, il craint qu’on n’exerce sur lui une action. Guillaume voit dans cet état d’esprit une reconnaissance implicite de l’efficacité du test. Mais on pourrait y voir aussi bien un embryon de psychologie du testeur. La défense du testé c’est la répugnance à se voir traité comme un insecte, par un homme à qui il ne reconnaît aucune autorité pour lui dire ce qu’il est et ce qu’il doit faire. (p. à compléter)

Canguilhem, G. (1958). Qu’est-ce que la psychologie ? Revue de Métaphysique et de Morale, 1, 12-25.

Emmanuel Lévinas sur politique et éthique

La politique doit pouvoir en effet être contrôlée et critiquée à partir de l’éthique. Cette seconde forme de socialité rendrait justice à ce secret qu’est pour chacun sa vie, secret qui ne tient pas à une clôture qui isolerait quelque domaine rigoureusement privé d’une intériorité fermée, mais secret qui tient à la responsabilité pour autrui, qui, dans son avènement éthique est incessible, à laquelle on ne se dérobe pas et qui, ainsi, est principe d’individuation absolue. (p. 86)

Lévinas, E. (1982). Éthique et infini : dialogues avec Philippe Nemo. Paris : Fayard.