Archives par étiquette : observation

George Canguilhem sur science et technique en psychologie

Nous ne nous plaçons pas, cela va de soi, sur le terrain des capacités et de la technique. Qu’il y ait de bons ou de mauvais psychologues, c’est-à-dire des techniciens habiles après apprentissage ou malfaisants par sottise non sanctionnée par la loi, ce n’est pas la question. La question c’est qu’une science, ou une technique scientifique ne contiennent d’elles-mêmes aucune idée qui leur confère leur sens. Dans son Introduction à la Psychologie, Paul Guillaume a fait la psychologie de l’homme soumis à une épreuve de test. Le testé se défend contre une telle investigation, il craint qu’on n’exerce sur lui une action. Guillaume voit dans cet état d’esprit une reconnaissance implicite de l’efficacité du test. Mais on pourrait y voir aussi bien un embryon de psychologie du testeur. La défense du testé c’est la répugnance à se voir traité comme un insecte, par un homme à qui il ne reconnaît aucune autorité pour lui dire ce qu’il est et ce qu’il doit faire. (p. à compléter)

Canguilhem, G. (1958). Qu’est-ce que la psychologie ? Revue de Métaphysique et de Morale, 1, 12-25.

Willard Quine sur la notion de phrase observationnelle

… les phrases observationnelles … sont précisément ces phrases occasionnelles sur lesquelles il est à peu près certain qu’il y aura un ferme accord de la part de tous les observateurs bien placés. Ainsi ce sont précisément les phrases sur lesquelles l’homme de science cherchera à se replier lorsqu’il sera pressé par le doute de ses collègues. (p. 80)

Quine, W. V. A. (1977). Le mot et la chose. Paris : Flammarion. (Original publié en 1960)

 

Karl Popper sur théorie et observation

… c’est par le biais des théories que nous apprenons à observer, c’est-à-dire à formuler des questions qui, elles-mêmes, conduisent à effectuer des observations et à les interpréter. (p. 366)

Popper, K. (2006). Vérité, rationalité et progrès de la connaissance scientifique. In K. Popper, Conjectures et réfutations : la croissance du savoir scientifique (pp. 319-369). Paris : Payot. (Orignal publié en 1963)

Voir aussi Danziger (1990), Feyerabend (1979), Hanson (1958/2010), Searle (1995).

35a. Observations objectives vs. subjectives

A telle heure, Paul répond « non » à l’item « Je me sens fatigué(e) » ; beaucoup de gens, considérant qu’il s’agit d’une observation subjective, concluent que la vérité scientifique n’est pas à l’ordre du jour en psychologie, puisqu’il n’est question que de subjectivité (ou d’humain). C’est aller trop vite en besogne et le contre-sens méthodologique n’est pas loin. Dans ce billet, il s’agit de soutenir que l’énoncé d’observation

à telle heure, Paul a répondu « non » à cet item

est une observation objective1.

Certes, l’opacité de ce « non » doit être reconnue. Il faut supposer que pour répondre à l’item, Paul s’auto-considère, se regarde lui-même, se prend lui-même pour objet. Le vécu (pensées, émotions, sentiment de soi) de Paul ne peut être vécu par autrui. En prêtant attention à Paul, une tierce personne produit, du moins nous le supposons, des pensées, des émotions, un sentiment d’elle-même, qui incluent des cogitations sur ce que Paul peut ressentir. Je ne vois pas ce qui permet de comparer le vécu de Paul et le vécu que nous éprouvons quand nous nous intéressons au vécu de Paul, puisque précisément, on ne sait objectiver ces vécus, c’est-à-dire les abstraire des personnes qui en sont le siège, que par des mots (ou par d’autres formes de production comme le dessin, la musique, etc., mais alors ce n’est plus du langage à proprement parler)2.

Pour essayer d’établir ce à quoi « non » réfère chez Paul, faudrait-il revenir à l’introspection comme technique d’observation (e.g., Petitmengin & Bitbol, 2009 ; Silvia & Gendolla, 2001) ? Quoiqu’il en soit, on comprend la tentation de signaler l’indétermination référentielle du « non » de Paul par la locution « observation subjective » : on ne peut pas se substituer à Paul qui est l’unique observateur de son vécu.

Dans toutes les discussions concernant le problème du mesurage d’une grandeur psychologique, l’observateur est le psychologue. Et ce que le psychologue observe, c’est une réponse à un item de test — rien d’autre, il ne faut pas se laisser distraire, ici, par l’objection qui consiste à dire que pas du tout, le psychologue observe bien d’autres choses lorsqu’il fait passer le test ; il perçoit bien sûr bien d’autres choses, mais il ne les observe pas, au sens où une observation objective implique l’utilisation d’un langage descriptif donné (un référentiel de description).

Ce qui nous conduit à préciser en quoi une observation peut être objective (voir aussi 8a, 24a). Appelons P cette observation. P est objective pour un ensemble d’observateurs potentiels si quel que soit un observateur potentiel de cet ensemble, P est vraie pour lui dès qu’il observe (i) Paul en train de répondre ou bien (ii) la réponse de Paul — jugement de vérité qui est un jugement subjectif. Vous prenez n’importe qui, vous lui montrez la feuille de réponse de Paul et vous vérifiez qu’il affirme bien que la réponse à cet item est « non » (laquelle vérification est, inévitablement, subjective). L’objectivité, ici, n’est rien d’autre que l’espoir de l’interchangeabilité des sujets lorsqu’ils forment un jugement de vérité concernant un énoncé d’observation qui décrit un phénomène (qui se passe, mais qu’on ne saisit, pour l’activité scientifique, que par des propositions, des phrases, des énoncés). Pour éviter de confondre cette objectivité-là avec une idée absolue ou encore totalisante de l’objectivité, je parle d’objectivité au sens faible.

Autrement dit, l’objet de la connaissance objective est ici non pas ce que Paul a ressenti, mais ce qu’il a répondu. Si on se sert de sa réponse pour mesurer par exemple sa quantité de fatigue, cette quantité de fatigue est une fiction, un point de [0, max] (qu’on peut projeter dans ou sur le réel, mais cela n’est pas nécessaire, on peut très bien considérer qu’une théorie scientifique puisse ne pas correspondre totalement au réel3). Si on imagine qu’on mesure une quantité, se pose la question de la mesurabilité de la fatigue définie comme quantité, c’est-à-dire des conditions qui permettent de croire que la variation des réponses observées dépende de la variation de la quantité de fatigue (cf. 3a). L’important est que si on prétend mesurer la fatigue avec des réponses à un ou des items de fatigue, on soit lucide sur le fait que le vécu « fatigue » n’est logiquement pas pertinent parce que le vécu n’est pas une grandeur. Et si on s’intéresse au vécu ou encore au ressenti plutôt qu’à une quantité de grandeur, alors il  faut se poser la question des conditions de possibilité d’une connaissance objective de ce ressenti — vaste programme, qui ne relève pas du mesurage.

Références

Petitmengin, C., & Bitbol, M. (2009). The validity of first-person descriptions as authenticity and coherence. Journal of Consciousness Studies, 16, 363-404.

Silvia, P. J., & Gendolla, G. H. E. (2001). On the introspection and self-perception: Does self-focused attention enable accurate self-knowledge? Review of General Psychology, 5, 241-269.

  1. Au sens faible du terme, i.e., la vérité de cette observation n’est pas la Vérité absolue. []
  2. Partager l’idée d’un sentiment douloureux de solitude avec autrui ne change rien au fait que l’autre n’éprouve pas ce que nous éprouvons parce qu’il n’est pas nous. []
  3. Parce que nous faisons partie du réel et que nous ne pouvons pas être tout à la fois objet et sujet de l’appréhension de nous-mêmes — la partie qui appréhende n’étant pas simultanément appréhendée, ce qui entraîne qu’une partie du réel nous échappe nécessairement. []

Paul Feyerabend sur les faits bruts

… la science ne connaît pas un seul « fait brut » …. les « faits » qui entrent dans nos connaissances sont déjà considérés sous un certain angle, et sont, par conséquent, essentiellement spéculatifs. (p. 15)

Feyerabend, P. (1979). Contre la méthode : esquisse d’une théorie anarchiste de la connaissance. Paris : Seuil.

Voir aussi Danziger (1990), Hanson (1958/2010), Popper (1963/2006), Searle (1995).

John R. Searle on description

Any system of classification or individuation of objects, any set of categories for describing the world, indeed, any system of representation at all is conventional, and to that extent arbitrary. (p. 160)

Searle, J. R. (1995). The construction of social reality. New York: The Free Press.

Voir aussi Danziger (1990), Feyerabend (1979), Hanson (1958/2010), Popper (1963/2006).

Kurt Danziger à propos des faits psychologiques

But in truth scientific psychology does not deal in natural objects. It deals in test scores, rating scales, response distributions, serial lists, and innumerable other items that the investigator does not find but constructs with great care. Whatever guesses are made about the natural world are totally constrained by this world of artifacts. (p. 2)

Danziger, K. (1990). Constructing the subject: Historical origins of psychological research. Cambridge, UK: Cambridge University Press.

Voir aussi Feyerabend (1979), Hanson (1958/2010), Popper (2006), Searle (1995).