Archives par étiquette : psychologie

La psychologie est-elle une science ?

La réponse dépend d’un point de positionnement éthique. Car de deux choses l’une : soit on accepte que telle ou telle personne susceptible de faire l’objet de la psychologie soit une chose, car il faut bien qu’une science empirique1 soit une science de quelque chose.

Ou bien on refuse que cette personne soit traitée comme une chose, ou seulement du bout de la pensée parce que, conformément à l’exigence de Simone Weil (1957), la personne est sacrée, et alors elle échappe à la démarche scientifique2 ; et dans cette échappée, la personne comme objet de pensée peut devenir, éventuellement, objet d’émerveillement.

Et qu’on ne raconte pas que la psychanalyse échappe au problème de la vérité de son savoir en appelant sa chose le sujet ; je ne vois pas que Freud ou Lacan par exemple se soient privés de considérer les sujets comme des choses3.

Il se peut qu’une psychologie scientifique se soit édifiée de telle manière que, pour éviter de se faire taper sur les doigts par les sages (s’il en est mais pourquoi pas), elle se contente de légers emprunts humains pour parler de personne, c’est-à-dire d’une personne universelle qui n’existe pas. Dans ce cas, cette psychologie n’est pas une science4.

Référence

Weil, S. (1957). Écrits de Londres. Paris : Gallimard.

date : 2018/07/18

  1. et la psychologie,si elle était une science, ne saurait pas ne pas être empirique []
  2. qui a pour condition nécessaire d’avoir un objet qui doit pouvoir être soumis à des tests parce qu’elle connaît par analyse ; comme ce qu’il y a de sacré dans la personne est non pas sa singularité (chaque brin d’herbe d’une prairie est singulier) mais ce qu’on appelle son âme, et comme l’âme n’implique aucune impossibilité, l’âme ne saurait permettre un apprentissage scientifique []
  3. ne sommes-nous pas, en psychanalyse, des choses vivantes aux prises de l’inconscient ou du langage? []
  4. Remarque pratique : si c’est l’autre qui façonne ce que nous sommes en tant que non-choses, il s’agirait plutôt, en psychologie, de déterminer ce que nous aimons en l’autre — lire un peu Levinas peut valoir la peine. []

Jerome Bruner on fragmentation and ‘sealing in’ within psychology

… [The science of mind] has become fragmented as never before in its history. It has lost its center and risks losing the cohesion needed to assure the internal exchange that might justify a division of labor between its parts. And the parts, each with its own organizational identity, its own theoretical apparatus, and often its own journals, have become specialties whose products become less and less exportable. Too often they seal themselves within their own rhetoric and with their own parish of authorities. This self-sealing risks making each part (and the aggregate that increasingly constitues psychology’s patchquilt whole) ever more remote from other inquiries dedicated to the undestanding of mind and the human condition—inquiries in the humanities or in the other social sciences.

It is not surprising, then, that a reaction has set in against the narrowing and “sealing in” that are afflicting psychology. The wider intellectual community comes increasingy to ignore our journals, which seem to outsiders principally to contain intellectually unsituated little studies, each a response to a handful of like little studies. Inside psychology there is a worried restlessness about the state of our discipline, and the beginning of a new search for means of reformulating it. In spite of the prevaling ethos of “neat little studies,” and of what Gordon Allport once called methodolatry, the great psychological questions are being raised once again—questions about the nature of mind and its processes, questions about how we construct our meanings and our realities, questions about the shaping of mind by history and culture. (pp. ix-xi)

Bruner, J. (1990). Acts of meaning. Cambridge, Ma: Harvard University Press.

Edmond Goblot sur psychologie et déterminisme

Pour certains, la psychologie est une science naturelle qui tend à formuler des lois de causalité. Considérant l’intelligence comme une activité qui s’exerce dans la durée, un processus qui se déroule, elle se demande comment chaque fait est déterminé par les faits qui le précèdent. Elle postule donc le déterminisme des phénomènes de l’esprit et, sans ce postulat, elle n’aurait pas d’objet. (p. 337)

Goblot, E. (1914). Logique et psychologie. Revue Philosophique de la France et de l’Etranger, 77, 337-352.

Merci à Jean Gillibert qui m’a indiqué l’existence de cet article.