Archives par étiquette : subjectivité

44a. Repérer les propositions contradictoires et les résoudre

La littérature psychologique et philosophique contient de nombreuses propositions contradictoires (ou paradoxales dit-on encore). En vertu du “qui ne dit mot consent”, les “laisser passer” revient à en accepter la validité tout en bafouant le principe de non-contradiction1. Un tel régime dérogatoire détruit “dans l’œuf” la validité logique du discours (ou du savoir) auquel on s’intéresse et pose un problème politique : qui décide d’accepter ou de refuser telle ou telle dérogation ? Si chacun est libre de tolérer la contradiction ici ou là (souveraineté subjective), alors la contrainte logique s’applique aléatoirement et on peut se demander comment est possible la co-construction d’un savoir commun, au sens double où (i) ce savoir est le même pour tous et où (ii) chacun en assume la responsabilité intellectuelle.

A mon avis, le savoir dominant (au sens i) qui émerge dans la culture sous un tel régime est permis non pas par la responsabilité intellectuelle de tous mais par la soumission d’une majorité à l’autorité d’une élite, minorité de subjectivités — forme intellectuelle de servitude volontaire, cf., dans la vie civique, Beccaria, 1764/1991 ; La Boétie, 1576/1983). Je défends pour ma part la soumission volontaire à des principes directeurs de l’activité intellectuelle si on veut se mêler, à sa mesure, de l’œuvre scientifique ; et en particulier le respect du principe de non-contradiction.

D’où la nécessité morale, quand on se mêle de savoir scientifique, d’être en mesure de repérer les propositions contradictoires dans les textes, condition nécessaire de leur traitement critique et de leur éventuel dépassement. Ce billet est destiné à en faire une collection spécialisée jusqu’à aboutir à une méthodologie de détection, de critique et peut-être de résolution.

1. “Être seul en présence de quelqu’un est un fait qui peut intervenir à un stade très primitif…” (Winnicott, 1957/2015, p. 55)

Si être seul signifie ne pas être en présence d’autrui2, on ne peut pas être seul en présence de quelqu’un. Formellement, si je dis “je suis seul”, alors je dis que je suis en présence d’au moins quelqu’un (je ne suis pas tout seul). Si je dis “je suis en présence de quelqu’un”, je dis que je ne suis pas (tout) seul. On peut formaliser le problème avec les notations suivantes :

A : je suis seul, d’où ¬A : je ne suis pas seul,
B : je suis en présence d’autrui, d’où ¬B : je ne suis pas en présence d’autrui.

Si on adopte la définition A => ¬B, autrement dit si on pose que A => ¬B est valide, la proposition A et B (i.e., je suis seul en présence de quelqu’un) est invalide (cf. 38a) et alors on ne peut pas accepter que “être seul en présence de quelqu’un” puisse être un fait, comme Winnicott invite son lecteur à le faire.

D’où la nécessité de changer de définition si on fait confiance à Winnicott pour respecter le principe de non-contradiction. La tâche du lecteur est alors d’interroger le texte de Winnicott pour y trouver, si elle existe, une définition alternative de “être seul”. Sans doute “être seul” dénote-t-il une expérience subjective particulière — la solitude “authentique” (sic) —, qu’il convient d’expliciter autant que faire se peut : en effet, il ne va pas de soi que l’expérience que ces mots évoquent à Paul quand il les lit, coïncide, ne serait-ce que partiellement, avec l’expérience que ces mêmes mots évoquent à Julie3. La solitude authentique, en présence d’autrui, est-elle une forme de présence sereine à soi-même ? une prise de congé mentale vis-à-vis de l’autre physiquement à mes côtés, dont je m’abstiens de guetter les réactions, dont je n’attends rien, tout en lui faisant confiance ?

2. “Ce cœur injuste ose désirer encore, quand il n’a plus rien à désirer” (Rousseau, 1761/2012, p. 21″)

Le désir peut être présenté comme une expérience paradoxale mais, ici, paradoxe n’est pas contradiction. Il ne faut pas croire l’amant de Julie qui désire évidemment ce qui reste à désirer d’elle, sa vertu.

On peut témoigner d’une expérience contradictoire (le sentiment amoureux est, à bien des égards, contradictoire4). Du point de vue de la connaissance d’une expérience subjective, il s’agit simplement d’éviter d’affirmer d’un côté que cette expérience est contradictoire et de l’autre qu’elle ne l’est pas — il faut choisir et être prêt à reconnaître, le cas échéant, qu’on s’est trompé.

3. “… le scepticisme qui ne redoute pas d’affirmer l’impossibilité de l’énoncé tout en osant réaliser cette impossibilité par l’énoncé même de cette impossibilité” (Lévinas, 1978, p. 20)

Si je dis que l’énoncé P est impossible, je me contredis puisque je viens d’énoncer P. Je n’ai pas “réalisé” une impossibilité, j’ai produit un énoncé contradictoire, donc faux (cf. 38a, exercice 2). Tout comme je me contredis quand je dis que la vérité n’existe pas. Parce que si je dis que la vérité n’existe pas, c’est bien que je veux être pris au sérieux, i.e., qu’on entende que ce que je dis est vrai. Ou bien je dis sans vouloir décrire quoi que ce soit (décrire c’est tenter de dire vrai), auquel cas il faut que je le précise : je ne parle pas pour être cru, mais pour signaler mon existence, ce qui n’est pas rien.

Voir aussi Popper (1979).

Références

Beccaria, C. (1991). Des délits et des peines. Paris : Flammarion. (Trad. M. Chevallier, première publication anonyme en 1764, Livourne, Italie)
La Boétie, E. (1983). Discours de la servitude volontaire. Paris : Flammarion. (Original publié en 1576)
Lévinas, E. (1978). Autrement qu’être ou au-delà de l’essence. Paris : Le Livre de Poche.
Rousseau, J.-J. (2012). Julie ou la Nouvelle Héloïse. Paris : Classiques Garnier. (Original publié en 1761)
Winnicott (2015). La capacité d’être seul. Paris : Payot. (Original publié en 1957)

  1. Le principe de non-contradiction interdit d’affirmer une chose et son contraire ; voir l’exercice 2 de 38a. []
  2. Cf. la solitude de Robinson Crusoé avant l’arrivée de Vendredi. []
  3. et cette exigence laisse toute sa place à ce qu’on appelle l’approche qualitative en sciences humaines. []
  4. “Je suis à la fois soumis et téméraire, impétueux et retenu” (Rousseau, 1761/2012, p. 27). []

35a. Observations objectives vs. subjectives

A telle heure, Paul répond “non” à l’item “Je me sens fatigué(e)” ; beaucoup de gens, considérant qu’il s’agit d’une observation subjective, concluent que la vérité scientifique n’est pas à l’ordre du jour en psychologie, puisqu’il n’est question que de subjectivité (ou d’humain). C’est aller trop vite en besogne et le contre-sens méthodologique n’est pas loin. Dans ce billet, il s’agit de soutenir que l’énoncé d’observation

à telle heure, Paul a répondu “non” à cet item

est une observation objective1.

Certes, l’opacité de ce “non” doit être reconnue. Il faut supposer que pour répondre à l’item, Paul s’auto-considère, se regarde lui-même, se prend lui-même pour objet. Le vécu (pensées, émotions, sentiment de soi) de Paul ne peut être vécu par autrui. En prêtant attention à Paul, une tierce personne produit, du moins nous le supposons, des pensées, des émotions, un sentiment d’elle-même, qui incluent des cogitations sur ce que Paul peut ressentir. Je ne vois pas ce qui permet de comparer le vécu de Paul et le vécu que nous éprouvons quand nous nous intéressons au vécu de Paul, puisque précisément, on ne sait objectiver ces vécus, c’est-à-dire les abstraire des personnes qui en sont le siège, que par des mots (ou par d’autres formes de production comme le dessin, la musique, etc., mais alors ce n’est plus du langage à proprement parler)2.

Pour essayer d’établir ce à quoi “non” réfère chez Paul, faudrait-il revenir à l’introspection comme technique d’observation (e.g., Petitmengin & Bitbol, 2009 ; Silvia & Gendolla, 2001) ? Quoiqu’il en soit, on comprend la tentation de signaler l’indétermination référentielle du “non” de Paul par la locution “observation subjective” : on ne peut pas se substituer à Paul qui est l’unique observateur de son vécu.

Dans toutes les discussions concernant le problème du mesurage d’une grandeur psychologique, l’observateur est le psychologue. Et ce que le psychologue observe, c’est une réponse à un item de test — rien d’autre, il ne faut pas se laisser distraire, ici, par l’objection qui consiste à dire que pas du tout, le psychologue observe bien d’autres choses lorsqu’il fait passer le test ; il perçoit bien sûr bien d’autres choses, mais il ne les observe pas, au sens où une observation objective implique l’utilisation d’un langage descriptif donné (un référentiel de description).

Ce qui nous conduit à préciser en quoi une observation peut être objective (voir aussi 8a, 24a). Appelons P cette observation. P est objective pour un ensemble d’observateurs potentiels si quel que soit un observateur potentiel de cet ensemble, P est vraie pour lui dès qu’il observe (i) Paul en train de répondre ou bien (ii) la réponse de Paul — jugement de vérité qui est un jugement subjectif. Vous prenez n’importe qui, vous lui montrez la feuille de réponse de Paul et vous vérifiez qu’il affirme bien que la réponse à cet item est “non” (laquelle vérification est, inévitablement, subjective). L’objectivité, ici, n’est rien d’autre que l’espoir de l’interchangeabilité des sujets lorsqu’ils forment un jugement de vérité concernant un énoncé d’observation qui décrit un phénomène (qui se passe, mais qu’on ne saisit, pour l’activité scientifique, que par des propositions, des phrases, des énoncés). Pour éviter de confondre cette objectivité-là avec une idée absolue ou encore totalisante de l’objectivité, je parle d’objectivité au sens faible.

Autrement dit, l’objet de la connaissance objective est ici non pas ce que Paul a ressenti, mais ce qu’il a répondu. Si on se sert de sa réponse pour mesurer par exemple sa quantité de fatigue, cette quantité de fatigue est une fiction, un point de [0, max] (qu’on peut projeter dans ou sur le réel, mais cela n’est pas nécessaire, on peut très bien considérer qu’une théorie scientifique puisse ne pas correspondre totalement au réel3). Si on imagine qu’on mesure une quantité, se pose la question de la mesurabilité de la fatigue définie comme quantité, c’est-à-dire des conditions qui permettent de croire que la variation des réponses observées dépende de la variation de la quantité de fatigue (cf. 3a). L’important est que si on prétend mesurer la fatigue avec des réponses à un ou des items de fatigue, on soit lucide sur le fait que le vécu “fatigue” n’est logiquement pas pertinent parce que le vécu n’est pas une grandeur. Et si on s’intéresse au vécu ou encore au ressenti plutôt qu’à une quantité de grandeur, alors il  faut se poser la question des conditions de possibilité d’une connaissance objective de ce ressenti — vaste programme, qui ne relève pas, stricto sensu, du mesurage.

Références

Petitmengin, C., & Bitbol, M. (2009). The validity of first-person descriptions as authenticity and coherence. Journal of Consciousness Studies, 16, 363-404.

Silvia, P. J., & Gendolla, G. H. E. (2001). On the introspection and self-perception: Does self-focused attention enable accurate self-knowledge? Review of General Psychology, 5, 241-269.

  1. Au sens faible du terme, i.e., la vérité de cette observation n’est pas la Vérité absolue. []
  2. Partager l’idée d’un sentiment douloureux de solitude avec autrui ne change rien au fait que l’autre n’éprouve pas ce que nous éprouvons parce qu’il n’est pas nous. []
  3. Parce que nous faisons partie du réel et que nous ne pouvons pas être tout à la fois objet et sujet de l’appréhension de nous-mêmes — la partie qui appréhende n’étant pas simultanément appréhendée, ce qui entraîne qu’une partie du réel nous échappe nécessairement. []