Archives par étiquette : vérité

Simone Weil sur science et vérité

Ce qui est sacré dans la science, c’est la vérité. Ce qui est sacré dans l’art, c’est la beauté. La vérité et la beauté sont impersonnelles. Tout cela est trop évident.

Si un enfant fait une addition, et s’il se trompe, l’erreur porte le cachet de sa personne. S’il procède d’une manière parfaitement correcte, sa personne est absente de toute l’opération. (p. 17)

Weil, S. (1957). La personne et le sacré. In Écrits de Londres et autres lettres (pp. 11-44). Paris : Gallimard.

Karl Popper sur les critères de la valeur intellectuelle

Voici bien des années déjà, j’avais l’habitude de mettre mes étudiants en garde contre l’idée largement répandue que l’on va à l’université pour apprendre comment parler et écrire de manière impressionnante et incompréhensible. A l’époque, de nombreux étudiants venaient à l’université avec ce but ridicule en tête, particulièrement en Allemagne1. Et la plupart de ces étudiants qui, durant leurs études universitaires, pénètrent un climat intellectuel qui accepte ce genre de critère de valeur — peut-être sous l’influence de professeurs qui en leur temps ont été sélectionnés dans un climat similaire — sont perdus.

Inconsciemment, ils apprennent et acceptent qu’un langage fortement impressionnant et difficile est la valeur intellectuelle par excellence. Il y a peu d’espoir qu’ils comprennent jamais qu’ils se trompent ; ni qu’ils se rendent compte qu’il y a d’autres critères et d’autres valeurs : des valeurs telles que la vérité ; la recherche de vérité ; l’approche de la vérité par l’élimination critique des erreurs ; et la clarté. Pas plus ne découvriront-ils que le modèle de l’impressionnante incompréhensibilité s’oppose radicalement à ceux de la vérité et de la critique rationnelle. Car ces dernières valeurs dépendent de la clarté. On ne peut distinguer le vrai du faux, ni distinguer une réponse adéquate à un problème d’une réponse non pertinente, ni distinguer de bonnes idées d’idées banales, on ne peut évaluer des idées de manière critique, si ce n’est lorsqu’elles sont présentées avec suffisamment de clarté. Mais pour ceux qui ont été élevés dans l’admiration implicite de l’opacité brillante et impressionnante, tout ceci (tout ce que j’ai dit ici) sera au mieux un discours impressionnant : ils ne connaissent pas d’autres valeurs.

Ainsi naquit le culte de l’incompréhensibilité, le culte du langage qui sonne haut et qui frappe. Cela s’amplifia avec le formalisme mathématique, impressionnant et impénétrable pour le profane. Je suggère que dans certains des plus ambitieux domaines des sciences sociales et de la philosophie, et tout particulièrement en Allemagne, le jeu le plus fréquent, devenu généralement le modèle inconscient et tu, est de formuler les pires trivialités en de pompeux discours. Ceux dont l’éducation s’est abreuvée à cette source ont l’habitude, lorsqu’ils sont confrontés à un livre écrit simplement, mais qui contient une controverse ou quelque chose d’inattendu ou de nouveau, de trouver qu’il est difficile voire impossible d’y rien comprendre. Car ce n’est pas conforme à l’idée qu’ils se font de la « compréhension », laquelle implique pour eux un accord. Qu’il puisse y avoir des idées importantes, qui valent qu’on les comprenne, et avec lesquelles on ne peut, sur le champ, être d’accord ou pas d’accord est pour eux incompréhensible.

Popper, K. R. (1979). Raison ou révolution ? In T. Adorno & K. Popper (Eds.). De Vienne à Francfort : la querelle allemande des sciences sociales (pp. 237-247). Bruxelles : Editions Complexes. (Original publié en allemand, 1969)

Voir aussi Arendt (1958), Jacquard (1998), Valéry (1946).

  1. Note de SV : cf. le contexte de la tentative avortée d’une controverse critique rationnelle à propos de la sociologie d’Adorno et de Habermas. []

Hannah Arendt sur totalitarisme et vérité

The ideal subject of totalitarian rule [which claims that « it goes to the sources of authority » (p. 461)] is not the convinced Nazi or the convinced Communist, but people for whom the distinction between fact and fiction (i.e., the reality of experience) and the distinction between true and false (i.e., the standards of thought) no longer exist. (p. 474)

Arendt, H. (1958). The origins of totalitarianism. Cleveland and New York: Meridian Book.

Voir aussi Popper (1969/1979), Valéry (1946).

Sur la visibilité des équipes de recherche universitaire

Une équipe de recherche universitaire doit être visible.

— Pourquoi ?

— Raison possible : si elle est invisible, elle disparaît.

— Pourquoi elle disparaît ?

— Raison possible : parce que pour exister il faut être visible.

— Ah d’accord. Une question je peux ?

— Tu peux.

— Et si ça lui fait perdre du temps d’être visible ?

— Une question à mon tour : pourquoi ça ferait perdre du temps d’être visible ?

— Ah d’accord (in petto : je croyais que la recherche universitaire servait à fabriquer des phrases vraies… ce qui prend un temps fou… Eurêka ! on peut être visible en disant des phrases fausses, il suffit de les rendre visibles — et tout va bien tant que ceux qui les lisent n’ont pas le temps de tester si elles sont vraies ; y a des chances que ça marche si ceux qui les lisent cherchent la visibilité (parce qu’ils vont les lire vite, voire ne pas les lire).

Combien mesure le risque d’erreur de type 1 (en statistique) ?

D’abord, le risque d’erreur de type 1 (se tromper en rejetant H0) n’est pas mesuré par « p < .05 » parce que « p < .05 » ne désigne pas une probabilité mais un intervalle, sous-ensemble de l’ensemble de définition d’une variable-test, dont la probabilité vaut (mesure) 0,05.

Ensuite H0 est vraie par construction — sinon on ne pourrait pas déterminer la ou les valeurs-seuils telles que p < .05. Donc on se trompe nécessairement en rejetant H0.1

D’une manière générale et par construction des règles de la logique, la probabilité qu’une phrase soit fausse quand on la déclare vraie ou vraie quand on la déclare fausse mesure 0 si on se trompe et 1 si on ne se trompe pas.2 Ce qui importe, c’est que, dans le cas de figure, comme H0 est vraie, la probabilité de se tromper en rejetant H0 mesure 1.

Corollaire. La probabilité de se tromper en croyant qu’on sait mesurer empiriquement le risque d’erreur de type 1 vaut 1.

Note. On pourrait objecter que quand on dit que H0 peut être fausse, on ne parle pas de l’objet mathématique H0, mais de ce qui se passe dans le monde auquel on cherche à accéder empiriquement. Dans ce cas, on a oublié, je suppose, de répondre à la question : comment H0 pourrait être une théorie du monde auquel on s’intéresse ? Pour autant que je sache, les statisticiens sont les premiers à admettre que quand on prend leurs modèles probabilistes pour des théories qui décrivent ce qui se passe, ces théories sont fausses (e.g,. Embretson & Reise, 2000). Dans ce cas, le risque de se tromper en rejetant H0 mesure 0.

  1. Du reste, H0 n’a pas de falsificateur dans l’ensemble des valeurs possibles de la variable-test — elle est, du point de vue de ce référentiel, tautologique. []
  2. Et qui sait si on se trompe ? Si celui qui sait existe, je ne le connais pas merci de prendre contact avec moi il sera bien accueilli. []

Sur possibilité et vérité

Une possibilité ne peut être vraie — elle peut exister ou ne pas exister (ici, être = exister) et si elle existe, elle peut s’actualiser ou ne pas s’actualiser. Et qu’une possibilité existe est une phrase vraie ou fausse. De la même manière, une possibilité ne peut pas être fausse.

Il n’y a que les phrases qui peuvent être vraies ou fausses. Encore existe-il peut-être des phrases qui ne sont ni vraies ni fausses : je ne vois pas à quel titre toute phrase devrait être vraie ou fausse (ou pourquoi une phrase ni vraie ni fausse ne pourrait pas exister).

date : 2018/05/05

Sur les savants, les logiciens, les psychologues et les musiciens

Tout logicien est un savant mais pas tout savant est un logicien. Les philosophes ne sont pas tous des logiciens. Et d’ailleurs, tout logicien n’est pas un philosophe, du moins en principe. Mais un logicien est un savant parce qu’il a le savoir de la logique (ou au moins une partie de ce savoir — c’est que le savoir est un ensemble (et je précise que par savoir, j’entends toute sorte de savoir, y compris celui qui s’exprime dans la pratique). Il en va de même pour les psychologues : tout psychologue n’est pas un logicien, et cela n’empêche pas qu’il puisse exister un psychologue qui soit logicien.

Le tout est de savoir si la psychologie, considérée comme institution (terme flou pour permettre de donner une intention à une non-personne), se donne l’exigence d’être logique. La réponse est négative dès lors que cette psychologie proclame qu’elle se fiche de la vérité — si elle se contente de démultiplier la vérité en autant de bulles subjectives alors rien n’interdit que ces bulles ne se rencontrent et, si elles existent toujours après la rencontre, qu’elles ne connaissent un partage de (la) vérité.

Si la psychologie refuse d’être logique, ou n’est logique que par intermittence, comment y mettre de l’ordre ? Il est possible que la psychologie soit une discipline dont la discipline, au sens des possiblement multiples objectifs qu’elle vise, consiste à ne pas permettre de mise en ordre, une sorte de force dissolvante dans le champ du savoir.

Note. Tandis que la musique est une discipline qui consiste, jouant avec l’ordre du son, ce qui n’a rien à voir, et, s’y éprouvant (expérience de la chose), à mieux connaître cet ordre. Mais qu’a-t-on à connaître par la psychologie si celle-ci refuse tout ordre ? On peut remarquer l’analogie entre l’adolescence (ou la révolte générale, fureur inextinguible) et la jeunesse de la discipline. Peut-être faut-il attendre qu’un ordre psychologique ait été bien découvert pour que la psychologie s’assagisse et s’organise autour de son objet. A ma connaissance, ce n’est pas encore fait.

date : 28/11/2017

Don Miguel Ruiz sur la vérité

Il est extrêmement difficile de voir la vérité ; ce qui est plus facile, c’est de voir ce qui n’est pas la vérité. (p. 142)

Ruiz, D. M., & Mills, J. (2010). Pratique de la voie toltèque : maîtrisez le rêve de votre vie. Saint-Julien en Genevoix : Editions Jouvence. (Original publié en 2000)

Hervé Zwirm sur l’espérance scientiste fin XIXe siècle

Les savants de la fin du XIXe siècle pensent, dans leur grande majorité, que la science est construite sur des fondations suffisamment assurées et solides pour que nous n’ayons pas à douter de la vérité des théories scientifiques. Ils pensent de plus, que le monde qui nous entoure, tel que nous le percevons, constitue la réalité et qu’au moins en principe, la science est capable de décrire, de prédire et d’expliquer la quasi-totalité de cette réalité. Si certains phénomènes lui échappent encore, ce n’est pas parce que la science ne peut pas les appréhender mais uniquement parce que les théories de l’époque ne sont pas totalement achevées. Pour eux, il est certain que petit à petit, les nouvelles avancées de la connaissance permettront de diminuer la part de ce qui est encore inconnu, imprévisible ou incompris et que cette part devra finalement, sinon disparaître totalement, du moins devenir négligeable. (p. 13)

Zwirm, H. (2000). Les limites de la connaissance. Paris : Odile Jacob.

26a. Le fétichisme des scores psychotechniques

Les psychologues qui utilisent des tests psychotechniques doivent savoir : sauf preuve du contraire, un score psychotechnique n’est pas une mesure. Par conséquent, interpréter le QI de Julie comme une mesure approximative de son intelligence, interpréter le score d’anxiété de Paul comme une mesure approximative de son anxiété (voir le sondage 1), cela consiste à développer un mode de pensée non pas scientifique mais fétichiste (voir Gori, 2014, 5:13-5:23). La question qui se pose aux psychologues qui calculent et interprètent des scores psychotechniques est de savoir s’ils sont prêts à assumer que certaines pratiques de fabrication et d’utilisation de scores psychotechniques soient des pratiques fétichistes.

Cette question déontologique ne se pose pas dans le contexte scientiste dominant, parce que la doctrine officielle stipule que nous savons mesurer des grandeurs psychologiques grâce à des outils psychotechniques scientifiquement validés — des instruments de mesure. Les spécialistes de la mesure en psychologie qui se réclament de l’esprit de scientificité ont un devoir de clarification vis-à-vis des utilisateurs, praticiens ou chercheurs, des tests. Cet article est une contribution à cette nécessaire clarification.

Tout d’abord, il s’agira de préciser ce que mesurer veut dire. Ensuite, il faudra montrer en quoi la pensée scientifique n’est pas une pensée fétichiste. Enfin, on esquissera le problème de la légitimation de l’utilisation des scores psychotechniques.

1. Ce que mesurer veut dire : définitions

La définition de la doctrine dominante en psychologie est une singularité culturelle dans les sciences empiriques : en psychologie, mesurer, c’est noter. Autrement dit, il suffit qu’un système de notation soit consensuel pour que les notes résultant de l’application de ce système de notation soient des mesures. Nous n’avons pas à analyser en détail les conditions du consensus ; il suffit de remarquer (i) que certaines analyses statistiques de réponses recueillies sur des cohortes de répondants doivent avoir été rapportées dans des articles publiés dans des revues académiques dites qualifiantes, et que (ii) ces analyses (ACP, analyses factorielles linéaires ou non linéaires, modèles de réponse à l’item, etc.) postulent, au lieu de la tester, la mesurabilité des grandeurs latentes dès que les variables latentes de ces modèles sont interprétées comme grandeurs psychologiques (à propos de la « validité de construit », voir par exemple Borsboom et al., 2009).

Dans d’autres disciplines, la définition qui prévaut est plus exigeante. La formulation suivante me convient : « Des observations (y compris des réponses à des items de tests) mesurent une certaine quantité d’une certaine grandeur si et seulement si leur variation dépend de la variation de la quantité de grandeur, de telle manière qu’il soit possible de déduire de la variation observée que la quantité de grandeur a augmenté ou diminué » (3a).

Le problème rédhibitoire qui se pose pour la mesure de grandeurs psychologiques par les réponses à des items de tests est que les séries de réponses que l’on observe ne varient pas de manière ordinale. C’est que les observations qu’on peut faire dans un langage descriptif exact et multivarié ne sont habituellement pas complètement ordonnées. Par exemple, la série (échec, réussite) et la série (réussite, échec) ne sont pas ordonnées. D’où le recours à un système de notation si on veut néanmoins affirmer qu’on mesure une grandeur avec ces réponses. En caricaturant à peine, il suffira qu’une interprétation unifactorielle soit acceptable pour que le test soit validé.

2. La pensée scientifique n’est pas un fétichisme, le scientisme est un fétichisme

On doit à Popper qu’une condition nécessaire pour qu’une théorie empirique soit scientifique est sa testabilité. La testabilité d’une théorie entraîne qu’elle est fausse ou bien en sursis étant donné ce qu’on appelle l’évidence (evidence) — aucune théorie scientifique n’est sûrement vraie. Une théorie fausse est une théorie qui ne correspond pas à ce qui se passe réellement d’où une certaine tentation, que certains disent constructiviste, de se passer du réel, à laquelle certains comme Piaget, qu’on appelle aussi constructivistes, ne cèdent pas.

Un fétiche est un objet qui permet d’évoquer, ou d’invoquer si on s’adresse à elle, une entité métaphysique par le biais d’une convention ; il suffit que (presque) tout le monde croie à l’entité et croie que l’objet est relié à l’entité pour que cet objet devienne un fétiche. Un score de QI permet d’évoquer une quantité (relative et approximative) d’intelligence, que la théorie psychométrique nomme « score vrai » ou « score latent ». Mais l’évocation psychométrique de cette abstraction n’est pas scientifique parce que la théorie psychométrique ne définit aucune restriction qui permettrait de la rendre falsifiable — le score vrai est un énoncé d’existence, on y croit ou on n’y croit pas. L’évocation est irréfutable parce que l’erreur de mesure n’est pas restreinte. Autrement dit, le système de notation produit un score-fétiche : celui-ci permet d’évoquer une quantité désirée seulement parce qu’on le désire.

Par voie de conséquence, l’utilisation la plus élémentaire de ces fétiches, c’est-à-dire la comparaison de deux scores, ne permet pas de déduire quoi que ce soit concernant la manière dont s’ordonnent les deux quantités évoquées. Un modèle psychométrique emprunte son vernis de scientificité à la théorie des probabilités ; quand il s’applique au monde empirique des événements décrits par l’observation psychotechnique, il devient un modèle non scientifique parce que l’interprétation de l’événement comme résultat d’une expérience aléatoire n’est pas testable. La démarche qui consiste à juger la qualité d’ajustement d’un modèle aux données après l’optimisation des paramètres du modèle en fonction de conventions sur les distributions de probabilité est, dans la pratique de la validation des tests, faite pour accepter des modèles en admettant d’entrée de jeu qu’ils sont faux (e.g., Embretson et Reise, 2000). On retrouve la tentation constructiviste de casser la vérité : la vérité n’est pas ce qu’on cherche, ce qu’on cherche, c’est maintenant l’utilité ou la viabilité, connaître c’est faire (voir aussi Duhem, 2007).

3. La légitimation des scores psychotechniques

Un score n’est pas utile parce qu’il mesure, au sens scientifique du terme, une quantité d’une certaine grandeur. Un score décrit dans un langage ordinal, ou encore comparatif, le comportement observé d’une personne qui a passé un test. Ainsi, il prépare l’élaboration d’une valeur d’usage qui peut être conférée à la personne dès qu’elle est placée dans une situation comparative. Un exemple courant est la comparaison du score à une norme ; si le score se situe à une certaine distance de cette norme, on conférera la valeur d’usage « doit passer d’autres tests » à la personne jugée « déficitaire ». Un autre exemple est le tri des scores pour déterminer un certain nombre de meilleurs scores (concours). La valeur d’usage conférée aux titulaires des meilleurs scores sera « sélectionnés pour la formation » et la valeur d’usage conférée aux titulaires des scores inférieurs sera « en liste d’attente ». Un troisième exemple est la comparaison du score moyen des petits français en mathématiques au score moyen des petits hollandais en mathématiques, de telle sorte que ces scores prennent une valeur d’usage dans le contexte de l’élaboration des politiques éducatives, qui sont évaluées par le biais des scores moyens.

La fabrication de systèmes de notation et l’attribution de notes à des personnes peuvent être justifiées comme une forme de construction d’une fiction instrumentale nécessaire pour répondre à des questions sociales avec une certaine objectivité. Mais ces constructions n’ont pas à être appelées des mesures — les spécialistes de la modélisation psychométrique ne sont pas nécessairement des spécialistes de la mesure. Les spécialistes doivent au contraire faire tout leur possible pour préparer les utilisateurs des indices, et non pas des mesures, à ne pas les utiliser supertitieusement (e.g., Allouche, 2014, 29 janvier ; Piketti, 2013).

4. Conclusions

Deux conclusions peuvent être tirées de ce qui précède. Un praticien des tests devrait pouvoir ne pas calculer de score tant que sa mission n’est pas définie en référence à un problème qui nécessite le scorage. L’examen psychologique par les tests est d’abord une observation standardisée de comportements datés, dont la variabilité temporelle est inconnue, et la qualification première du psychologue consiste non pas à se faire le sorcier des grandeurs psychologiques que les scores sont supposés mesurer, mais à expliciter les limites héritées des connaissances scientifiques de sa discipline : pas de loi scientifique, pas de prévision scientifique (Popper, 1973). S’il est nécessaire, le scorage devrait être justifié dans le contexte d’une convention sociale non-fétichiste, c’est-à-dire telle qu’il soit publiquement reconnu que le score n’évoque pas de propriété naturelle de la personne qui en est titulaire (son intelligence, son anxiété, etc.).

Dans le domaine de la recherche, toute hypothèse dont une variable dépendante ou indépendante prend ses valeurs dans une échelle de scores vus comme des mesures n’est pas une hypothèse scientifique mais une hypothèse fétichiste. Les grandeurs psychologiques ne sont pas des concepts scientifiques tant qu’elles ne sont pas mesurables et les études de validation des tests utilisés ne testent pas la mesurabilité (voir par exemple Michell, 2012) ; sinon, il faudrait reconnaître que la mesurabilité est massivement falsifiée. Par conséquent, un chercheur en psychologie qui s’intéresse aux réponses à un test doit d’abord reconnaître qu’il ne sait pas interpréter ces réponses comme des mesures, parce que dans l’état actuel des connaissances, il est impossible d’établir les conditions empiriques qui permettent de corroborer que les réponses soient des mesures, c’est-à-dire de corroborer que les variations des réponses dépendent de variations quantitatives théoriques, de telle manière qu’on puisse déduire des variations observées ce qui se passe en termes de variations théoriques (voir Vautier, 2014, 15 avril et aussi Hanson, 1971). Il doit imaginer et tester la théorie de ce qui détermine ces réponses pour que ces réponses puissent avoir une quelconque utilité théorique.

Cite this article as: Stéphane Vautier, "26a. Le fétichisme des scores psychotechniques", in Épistémologie de la psychologie, 06/11/2014, https://epistemo.hypotheses.org/2264.